Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'entreprise de charcuterie d'Allassac "Jean Mazière" joue son va-tout ce vendredi devant le tribunal de commerce

-
Par , France Bleu Limousin

Audience cruciale ce vendredi après-midi au tribunal de commerce de Brive pour "Jean Mazière". L'entreprise de charcuterie d'Allassac pourrait être mise en liquidation judiciaire.

Photo d'illustration
Photo d'illustration -

L'entreprise de charcuterie d'Allassac, touchée en novembre dernier par un cas de listéria, a été contrainte de stopper sa production. Conséquence elle en redressement judiciaire depuis un mois. Et ce vendredi "Jean Mazière" pourrait être mise tout bonnement en liquidation judiciaire. C'est elle-même qui avait demandé cette audience intermédiaire au tribunal lors de sa mise en redressement judiciaire le 26 février dernier. L'équation est simple pour elle : elle est en redressement officiellement jusqu'en août, mais son activité est totalement à l'arrêt, elle n'a donc plus aucune rentrées d'argent; ses 20 salariés sont payés par le fonds de garantie des salaires. 

Son sort entre les mains des banques

Impossible donc pour "Jean Mazière" de tenir ainsi encore 5 mois. L'entreprise s'était donc donné un mois pour trouver une solution. Et celle-ci était de trouver 100 000 euros. C'était là la condition pour qu'elle puisse obtenir l'aide de 160 000 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine pour son redémarrage. Une cagnotte avait été lancée sur internet : elle a permis de récolter 10 000 euros. Il manque donc encore 90 000 euros que "Jean Mazière" demande à ses trois banques, 30 000 chacune. Mais ces dernières ne lui ont pas accordé ces prêts jusqu'à présent. Le patron de l'entreprise Eric Brugère avait encore ce jeudi des rendez-vous avec elles. Le tout dernier espoir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess