Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'entreprise de chaudronnerie ACPP a deux mois pour trouver "un repreneur cohérent"

-
Par , France Bleu Cotentin

Environ 200 salariés étaient réunis ce vendredi devant l'entrée de l'usine à Digulleville. L'entreprise de chaudronnerie est en liquidation judiciaire depuis fin février. Trois offres de reprise ont été déposées, mais elles ne font pas l'unanimité chez les synidcats.

Les salariés d'ACPP étaient réunis ce vendredi devant l'usine, après le dépôt des dossiers de reprise.
Les salariés d'ACPP étaient réunis ce vendredi devant l'usine, après le dépôt des dossiers de reprise. © Radio France - Raphaël Aubry

Quel avenir pour l'entreprise ACPP de Digulleville (La Hague) ? Les emplois des 233 salariés du groupe Manoir sont en suspens, depuis que l'usine de chaudronnerie a été placée en redressement judiciaire fin février. La plupart d'entre eux étaient réunis devant l'entrée du site, ce vendredi en fin de matinée. Ils souhaitent des négociations, au sujet des trois offres de reprises proposées

Les intéressés avaient jusqu'à jeudi soir pour déposer leur dossier. Toutefois, aucun ne satisfait les syndicats. Ces trois groupes, qui restent anonymes pour l'instant, ne souhaiteraient conserver que 20 à 50% des salariés.

Un sursis de deux mois pour l'entreprise

Afin de permettre aux administrateurs d'étudier ces offres, l'audience prévue mardi prochain au tribunal de commerce de Rouen a été repoussée à une date ultérieure. ACPP, sous-traitant du nucléaire dans la Hague, dispose d'un sursis de deux mois pour trouver un repreneur, avant une potentielle liquidation judiciaire. "C'est une bonne et une mauvaise nouvelle, ça veut dire que _les offres ne sont pas recevables dans l'état_, car elles touchent trop à l'emploi. Mais ça veut dire aussi que les repreneurs sont apparemment en capacité d'améliorer leur offre", explique Arnaud Vimont, délégué syndical CGT. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les représentants du personnel se sont entretenus en parallèle de cette mobilisation avec les administrateurs. Ils demandent maintenant un soutien du Ministère du travail. "Il y a de belles choses à sauver et il faut vraiment que l'Etat entre dans la danse et ne soit pas silencieux, comme il l'est", souligne Elise Brand, avocate des salariés en charge du dossier. Le maire de Cherbourg-en-Cotentin Benoit Arrivé et la maire de La Hague Manuela Mahier eux étaient présents ce vendredi à Digulleville.

C'est quoi deux mois ? ça se trouve dans deux mois on va nous dire qu'il ne se passera rien. On va se retrouver sur la paille ou repris dans certaines conditions. Moi, je crois au licenciement forcément - Jean-Achille, soudeur depuis 39 ans à ACPP

Le temps est compté. Les syndicats ont prévu de nouvelles actions dans la Hague dès la semaine prochaine. La CGT propose par ailleurs un projet alternatif pour l'entreprise de chaudronnerie. Ils demandent notamment aux grandes entreprises du territoire, comme Orano, EDF et Naval Group de davantage faire appel à la sous-traitance local.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess