Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'entreprise de Libourne Botalo va chausser la Marine nationale

-
Par , France Bleu Gironde

Botalo va produire 4.000 paires de chaussures chaque année pour les sous-mariniers français pendant quatre ans. Un gros coup pour la petite entreprise basée à Libourne.

Botalo est basée à Libourne, mais cette production pour l'armée se fera au Portugal.
Botalo est basée à Libourne, mais cette production pour l'armée se fera au Portugal.

Les liens commerciaux entre Botalo et l'armée datent de plusieurs années déjà. Mais avec ce nouveau contrat, l'entreprise libournaise repart pour quatre ans, avec une production annuelle assurée de 4.000 paires de mocassins. "C'est une chaussure bateau tout à fait classique, avec une semelle blanche anti-dérapante en caoutchouc, qui est cousue sur un mocassin en cuir à lacets, qui résiste à l'eau de mer " précise le PDG de Botalo, Jean-Christophe Coriat.

Les productions importantes comme celle-ci sont sous-traitées au Portugal. Là-bas, les 200 employés fabriquent chacun une vingtaine de paires par jour. "C'est assez long à faire, en particulier ces modèles-là. La couture entre le mocassin et la semelle se fait à la main, c'est du travail . La production au Portugal a permis de resserrer les prix ." 

"Cela va nous permettre d'investir." — Le PDG de Botalo

Cette grosse commande, c'est forcément une bonne nouvelle pour l'entreprise libournaise. C'est 10 % du volume annuel produit par la société, environ 150.000 euros de chiffre d'affaire garanti chaque année. "C'est de l'activité, du volume et du chiffre d'affaire en plus. Pour nos sous-traitants, c'est bien, et pour nous, ce sont des marges supplémentaires. Cela va nous permettre d'investir, par exemple dans de l'outillage, pour produire de nouveaux modèles ", conclut Jean-Christophe Coriat.

Botalo chausse les sous-mariniers français

Choix de la station

À venir dansDanssecondess