Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'entreprise Douce-Hydro à Albert, revient sur les 35 heures et supprime des RTT

-
Par , France Bleu Picardie

Après un âge d'or au début des années 2010, où le carnet de commandes ne cessait de se remplir, Douce-Hydro est en difficulté depuis quatre ans. La direction a donc décidé de revenir sur l'accord des 35 heures et de supprimer des jours de RTT.

L'entrée de l'usine de vérins hydrauliques Douce-Hydro à Albert
L'entrée de l'usine de vérins hydrauliques Douce-Hydro à Albert © Radio France - Capture d'écran Google Map

Chômage partiel, baisse des effectifs : cela fait déjà plusieurs années que l'usine Douce-Hydro qui fabrique des vérins hydrauliques à Albert est en difficulté. Dernière étape : cette renégociation du temps de travail initiée l'année dernière par la direction, qui a fini par aboutir : depuis samedi, les salariés sont passés à la semaine de 36 heures.

Mieux vaut signer un nouvel accord qu'un plan social

Jusqu'ici, les salariés de Douce-Hydro avaient un contrat aux 38 heures et demi, avec 22 jours de RTT. Ils n'en auront plus que 5, pour 36 heures de travail par semaine. En temps de travail effectif, cela revient à peu près au même. Et la CFDT, syndicat majoritaire qui a mené les négociations et signé cet accord avec l'aval d'une majorité de salariés rappelle que cela ne change rien aux salaires. Pour la CFDT "mieux vaut signer un nouvel accord qu'un plan social."

Yves Leguay, délégué CFDT chez Douce-Hydro depuis quarante ans à Albert

Sauf que ces salaires sont amputés depuis quatre ans par du chômage partiel. Avec des pertes parfois conséquentes : 200 à 300 euros de moins par mois pour certains. "On en dessous du smic. On est en train de crever", confie un salarié sous couvert d'anonymat

Des mesures de chômage partiel depuis quatre ans 

Pour la direction, cette renégociation du temps de travail, couplée au chômage partiel qui permet de faire prendre en charge une partie des salaires par l'État, devrait faire baisser le coût de la main d’œuvre, et donc les prix pour tenter de trouver de nouveaux débouchés. 

Cela fait quatre ans que Douce-Hydro, autrefois citée comme une entreprise modèle, accumule les difficultés, notamment à cause de la crise du pétrole, qui a fait chuter les commandes. L'effectif a été divisé par deux, passant de 204 à 108 salariés. Quasiment que des départs volontaires. "Tous ceux qui le peuvent partent" ajoute ce même salarié resté anonyme. La direction de Douce-Hydro n'a pas répondu à nos appels.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess