Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’entreprise Earta demande son placement en redressement judiciaire

-
Par , France Bleu Maine

En proie à de grosses difficultés financières depuis la restructuration de son principal donneur d'ordre, la société Earta qui compte deux sites en Sarthe, demande la nomination d'un administrateur judiciaire. Le tribunal de commerce doit rendre sa décision ce jeudi.

A Voivres-les-Le Mans, les salariés d'EARTA trient les invendus de la presse quotidienne et magazine.
A Voivres-les-Le Mans, les salariés d'EARTA trient les invendus de la presse quotidienne et magazine. © Radio France - Céline Autin

La décision couvait depuis plusieurs semaines. L’entreprise EARTA a demandé ce mercredi 30 septembre 2020 son placement en redressement judiciaire. Le tribunal de commerce de Nantes doit rendre sa réponse ce jeudi. Installée sur deux sites (dans le quartier de l’Université au Mans et sur la zone d’activité Les Clottées, à Voivres-les-Le-Mans), la société emploie 150 Sarthois, en majorité des personnes handicapées. Ces salariés trient les journaux et les magazines invendus pour le compte de France Messagerie (ex-Presstalis). Depuis la restructuration du distributeur de presse, le mandat d’EARTA n’a pas été renouvelé. « On nous dit que nous n’aurons plus le flux d’invendus courant octobre », indique le patron d’Earta. 

Décision ce jeudi 

Didier Rio justifie la demande qu’il a formulée à la justice : « Je préfère que l'entreprise soit sous la protection du tribunal de commerce afin que nous pussions trouver toutes les solutions possibles et imaginables pour - et je reste sur cet objectif – qu’il n’y ait pas de casse sociale ». Les principaux responsables politiques sarthois ont interpellé le gouvernement sur cette situation toute particulière puisqu’elle touche des salariés en situation de handicap. Le patron a demandé que son rendez-vous prévu ce jeudi au Ministère de l’Economie à Paris soit reporté afin que l’éventuel administrateur judiciaire qui sera nommé puisse être présent.
 

Le combat continue

Pour autant, le patron d’Earta, ne baisse pas les bras. « Pour moi comme pour un très grand nombre de salariés, le combat continue », explique Didier Rio. « Je veux gagner contre France Messagerie. Nos hauts fonctionnaires étaient au courant que le choix de France Messagerie avant qu’ils reprennent Presstalis amenait Earta dans le mur. Je veux que tout le monde en soit conscient et que les choses avancent », insiste l’entrepreneur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess