Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

L'entreprise "Taxis d'Eugénie" survit face à la réduction du nombre de clients

-
Par , France Bleu Gascogne

Le métier de taxi subit aussi la fermeture des commerces. Julien Lucamort, taxi à Eugénie-les-Bains, n'assure pour l'instant que les transports médicaux. En plus de la réduction du nombre de courses, Julien a dû engager des coûts supplémentaires pour respecter les règles sanitaires.

Julien Lucmort, taxi à Eugénie-les-Bains
Julien Lucmort, taxi à Eugénie-les-Bains - Julien Lucmort

Il l'avoue lui-même, "c'est une chance de pouvoir travailler" ! Julien Lucmort peut continuer à faire son métier de taxi dans son secteur d'Eugénie-les-Bains. Depuis le début des crises sanitaires et économiques liées à l'épidémie de coronavirus, Julien et ses collègues ont dû s'adapter. Première interdiction : faire monter les clients à l'avant du véhicule pour limiter les contacts malgré le masque obligatoire. Une paroi en plexiglas a aussi été installée entre les deux parties de l'habitacle ce qui engendre un coût supplémentaire avec des revenus qui sont par contre en baisse. Avec ces modifications, le contact entre le client et le chauffeur est réduit, il y a moins d’interactions, de discussions. 

Le métier de taxi, une victime indirecte de la fermeture des commerces

Etre taxi dans les Landes à un avantage, celui de pouvoir assurer les transports médicaux. Ça permet à Julien Lucmort d'avoir une activité minimale garantie. Mais la fermeture des établissements thermaux, des hôtels, des restaurants ou encore des cinémas pèse lourd sur le nombre de courses réalisé par Julien. Heureusement, cette situation n'est pas dramatique pour lui qui a récupéré une entreprise familiale qui fonctionnait mais cette situation "ne doit pas durer indéfiniment". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess