Économie – Social

L'épicerie d'Angoustrine ferme ses portes, faute de repreneur

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mercredi 30 septembre 2015 à 11:11

Vue du village d'Angoustrine (Pyrénées-Orientales)
Vue du village d'Angoustrine (Pyrénées-Orientales) - Meria z Geoian [CC BY-SA 4.0]

Malgré une annonce déposée sur le Bon Coin, les gérants de l'épicerie d'Angoustrine (Pyrénées-Orientales) n'ont pas trouvé de repreneur. Le commerce ferme définitivement ses portes ce mercredi. La mairie a mis en place une solution alternative provisoire.

C'était l'unique commerce du village. L'épicerie d'Angoustrine-Villeneuve-les-Escaldes (700 habitants) ferme définitivement ses portes ce mercredi. 

Marinette et Philippe Marasse étaient installés depuis 32 ans sur la commune, depuis le 1er décembre 1983. Aujourd'hui pour des raisons de santé, le couple est contraint de quitter l'altitude pour aller s'installer dans l'Aude. "Mon mari est trop malade, et le docteur nous a conseillé de descendre d'altitude, on ne peut plus exercer" explique Marinette.

"Il faut faire un grand ménage dans sa vie."

Mais c'est avec beaucoup d'émotion de Marinette sert ses derniers clients : "Quand je vois  que mon magasin se vide petit à petit, c'est instinctif, je me dis qu'il faut j'aille faire les courses et puis après je réalise : mais non Marinette, c'est fini, tu n'y penses pas à ça. C'est très dur, c'était mes clients, c'était mon village. II faut faire un grand ménage dans sa vie, dans tout ce qui est autour de moi. Je termine mes 32 ans de service sans repreneur. Beaucoup de personnes ont été intéressées, mais il n'y a pas eu de suite. C'est très très très dur."

Marinette Marasse a encore du mal à réaliser

Marinette et Philippe Marasse ont essayé par tous les moyens de trouver des repreneurs, ils ont même posté une annonce sur le Bon Coin au printemps dernier. TF1 est aussi venu faire un reportage. Plusieurs dizaines de personnes les ont contactés, mais personne ne s'est décidé. "Quand ils ont vu le travail que ça demandait, ils n'ont pas voulu franchir le pas"

"Un village qui perd son commerce, c'est un village qui perd son âme."

Pour la maire d'Angoustrine Hélène Josende, la fermeture de l'épicerie est forcément une mauvaise nouvelle

"On a tout fait pour trouver des personnes susceptibles de reprendre le commerce, mais ça ne s'est pas fait. On a trouvé une solution alternative, une dame qui a une épicerie à Osséja qui tiendra une permanence dans des locaux communaux quelques heures par semaine. Mais ce ne sera pas du tout le même service. J'espère que le commerce reprendra un jour, mais je suis un peu découragée" explique Hélène Josende. "C'est vraiment dommage, car Marinette livrait aux personnes âgées, elle préparait aussi des repas, elle était très proche de la population. Ne plus avoir de commerce dans un village, c'est l'âme de ce village qui s'en va".

Hélène Josande, la maire d'Angoustrine

Un point épicerie avec dépôt de pain sera donc ouvert à côté de la Poste, mais pour remplir le  réfrigérateur les habitants devront se rendre à Egat ou Bourg-Madame.