Économie – Social

Réouverture de l’épicerie de Cravant : le village retrouve son cœur

Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre mercredi 7 septembre 2016 à 17:11

Après 18 mois de fermeture, les habitants de Cravant retrouvent leur épicerie
Après 18 mois de fermeture, les habitants de Cravant retrouvent leur épicerie © Radio France - Delphine Martin

18 mois après sa fermeture, l’épicerie de Cravant vient de rouvrir ses portes. Une joie et un soulagement pour de nombreux habitants. Car dans cette commune, l’épicerie, c’est bien plus qu’un commerce.

C’est une épicerie-tabac-presse. A deux pas de l’école. En face de la boulangerie. La façade est colorée. Et la gérante a le sourire. Depuis la réouverture, le commerce ne désemplit pas : "On pensait que ça allait repartir tout doucement mais non, c’est reparti franchement !" explique Martine Stycrin.

La commerçante a choisi de s'associer avec l'enseigne Proximarché - Radio France
La commerçante a choisi de s'associer avec l'enseigne Proximarché © Radio France - Delphine Martin

C'est une épicerie où l'on appelle la vendeuse par son prénom. Et d'où l'on repart en disant "à demain". Un lieu très apprécié, depuis toujours. Les habitants de Cravant sont donc ravis de pouvoir, à nouveau, y faire des emplettes. Comme Marie, une habituée : "C’était vraiment un manque dans le village. Pour faire les courses, bien sûr, mais c’était aussi un lieu de rencontre. Les gens se sentaient vraiment orphelins de l’épicerie."

Du co-voiturage pendant la fermeture

Ce n'est pourtant pas leur seul commerce dans cette commune de 800 habitants puisqu'il y a aussi une boulangerie et une boucherie, mais l'épicerie, depuis toujours, c'est le centre, le point de rencontre des habitants et des touristes.

Le décès de la précédente propriétaire a provoqué un choc et un grand vide dans la commune. Pour pallier la fermeture de l'épicerie, les autres commerçants du village ont fait preuve de solidarité : le boulanger et le boucher ont accepté de vendre quelques produits d'épicerie. La coiffeuse avait même organisé du co-voiturage jusqu'au supermarché le plus proche, pour les personnes âgées ou sans moyen de locomotion.

Les habitants du village et les touristes

Aujourd'hui, la nouvelle gérante, Martine Stycrin, qui a longtemps travaillé avec l'ancienne propriétaire, est confiante. Elle sait que le magasin répond à une vraie demande : "C’est une boutique qui a toujours marché. Le potentiel, je le connaissais avant. Il y a des clients de tous les âges, et pas uniquement des personnes âgées. Il y a des gens qui viennent pour le tabac, d’autres pour les journaux. Les enfants viennent pour les bonbons…" explique-t-elle en souriant.

Martine, Stycrin, la nouvelle gérante : "C'est un commerce qui a toujours marché"

Et ça, c’est sans compter les touristes, les randonneurs, les nombreux camping-caristes et les bateaux de la halte nautique. Et tout ce petit monde se retrouve à l’épicerie. D’ailleurs, c’est plus qu’un magasin, selon la vendeuse : "ils viennent parfois pour acheter trois fois rien, ils discutent pendant un quart d’heure ou 20 minutes. C’est un lieu de rencontre."

La commerçante, elle, a fait choix de s'associer à l'enseigne Proximarché. Elle assure que ces produits ne sont pas plus chers qu'en grande surface. Une raison de plus, dit-elle, d'être confiante en son avenir.

La mairie est propriétaire du fonds de commerce

Pour faciliter la reprise du commerce, c'est la mairie (déjà propriétaire des murs) qui a acheté le fonds de commerce en novembre dernier. Elle le loue à Martine Stycrin, le temps pour elle de préparer l'investissement.

Colette Lerman, maire de Cravant : "on joue un rôle de relais"

Une situation temporaire, mais un coup de pouce nécessaire selon Colette Lerman, la maire du village : "les communes peuvent acquérir un fonds de commerce mais on doit le revendre au bout de trois ans. C’est donc une période de relais." Ensuite, c'est la gérante qui devrait le racheter.

"Mon prédécesseur avait déjà fait la même chose, il y a plusieurs années, pour la reprise de la boucherie" se souvient l’élue. "C’est important de favoriser la revitalisation des centres bourgs, c’est l’objectif de tous les maires en ce moment."

Le reportage de Delphine Martin

Partager sur :