Économie – Social

L'équipementier aéronautique Latécoère fête ses 100 ans à Toulouse

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse vendredi 15 septembre 2017 à 17:55

La Patrouille de France (en arrière-plan) était conviée pour cet anniversaire, à Francazal.
La Patrouille de France (en arrière-plan) était conviée pour cet anniversaire, à Francazal. © Radio France - Bénédicte Dupont

Patrouille de France et Rafales : le groupe toulousain aéronautique Latécoère avait mis les petits plats dans les grands ce 15 septembre pour célébrer ses cent ans d'existence, sur le tarmac de Francazal. De quoi lustrer la fierté des salariés, malgré les difficultés auquel le groupe fait face.

En même temps que le départ du Raid Latécoère-Aéropostale, le groupe équipementier aéronautique Latécoère fêtait ce vendredi 15 septembre son centenaire : en 1917, son fondateur Pierre-Georges Latécoère (mort en 1943) se lançait dans l'aventure par passion, lui qui fabriquait initialement des wagons. Aujourd'hui, Latécoère ne construit plus d'avions mais elle est devenue un partenaire privilégié des grands avionneurs mondiaux, Airbus, Boeing, Dassault, Bombardier, pour qui elle élabore des aérostructures (portes, fuselages) et des systèmes d'interconnexion (câblage, équipements vidéos embarqués).

REPORTAGE aux 100 ans de Latécoère à Francazal, Bénédicte Dupont (1'14'')

Moi je ne connaissais rien à l'aéronautique avant de rentrer chez Latécoère, à part le nom évidemment. Tout est devenu concret pour moi en y entrant, les portes, les fuselages, en plein cœur de Toulouse. — Marie-Aude, contrôleuse de gestion

Salariés, clients, partenaires sont venus pour ce centenaire de Latécoère. - Radio France
Salariés, clients, partenaires sont venus pour ce centenaire de Latécoère. © Radio France - Bénédicte Dupont

On se sent privilégiées d'être chez Latécoère, c'est un bon groupe, on a pas mal d'avantages . Moi j'ai connu le tout début de l'avion "7X", ça n'est pas rien. — Marie-Jo, câbleuse à Liposthey (Landes)

Des câbleuses du site de Liposthey dans les Landes avaient fait le déplacement. - Radio France
Des câbleuses du site de Liposthey dans les Landes avaient fait le déplacement. © Radio France - Bénédicte Dupont

Latécoère subit tout de même en ce moment un plan de restructuration baptisé Transformation 2020, qui inclut la suppression de 150 postes et la vente du site de Périole à Toulouse. Il y a aujourd'hui 850 salariés sur le site toulousain, ils vont rester sur le site de Périole dans des locaux qui devraient être refaits. À terme, il n'y aura plus de production industrielle à Périole. Une centaine de salariés vont migrer sur la nouvelle usine dans la zone de Montredon, qui devrait ouvrir début 2018. Une dernière partie des effectifs est en train d'être transférée vers l'usine de Gimont dans le Gers.

On espère tous rester chez Latécoère, mais on sait que depuis qu'on est devenu partenaire et non plus constructeur, ça n'est pas simple. — Patrice, agent administratif

Dernièrement, Latécoère a été sélectionné par Airbus Helicopters pour fournir les boîtiers de commandes de son hélicoptère H175, un contrat de cinq années pour 500 boîtiers par an.

Les Alphajets de la Patrouille de France à Francazal. - Radio France
Les Alphajets de la Patrouille de France à Francazal. © Radio France - Bénédicte Dupont

Marie-Vincente Latécoère, la gardienne du temple

Pour ce centenaire, la seule membre de la famille Latécoère présente était Marie-Vincente Latécoère, veuve de Pierre-Jean, fils unique du fondateur. Désormais présidente de la fondation éponyme, cette drôle de dame rassemble les souvenirs et entretient la mémoire de la maison Latécoère. Elle conserve dans sa villa de Sainte-Maxime (Var) toutes les archives de l'empire, une partie de l'histoire de Toulouse. Elle espère organiser bientôt une exposition itinérante.

Grâce aux ouvriers et contremaîtres, j'ai tout gardé, les archives, les plans. J'ai même la carte de Mermoz lorsqu'il a passé la Cordillère des Andes, avec des annotations de sa main.

Marie-Vincente Latécoère, belle-fille du fondateur "Nous sommes une partie de l'histoire de Toulouse" (59'')

J'ai confiance en l'avenir de l'entreprise. Pierre-Georges mon beau-père disait toujours "Latécoère a la baraka".

Parmi les héritiers Latécoère, le fils unique de Pierre-Jean et Marie-Vincente, Pierre, a eu trois enfants, âgés aujourd’hui d'une vingtaine d'années. Tous vivent en Suisse. "Il se pourrait que ma petite-fille Gersande reprenne le flambeau de la mémoire, elle m'a dit que cela la passionnait", nous confie Marie-Vincente Latécoère.

Marie-Vincente Latécoère, belle-fille du fondateur et gardienne du temple Latécoère. - Radio France
Marie-Vincente Latécoère, belle-fille du fondateur et gardienne du temple Latécoère. © Radio France - Bénédicte Dupont
Cette année pour la première fois, des salariés de Latécoère a pris le départ du Raid Aéropostale. - Radio France
Cette année pour la première fois, des salariés de Latécoère a pris le départ du Raid Aéropostale. © Radio France - Bénédicte Dupont

LIRE AUSSI ► Toulouse : ces entreprises de la région qui reviennent du Bourget

Toulouse : les syndicats divisés face au plan social chez Latécoère

Toulouse : Latécoère annonce un plan de restructuration