Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

L'équipementier toulousain Latécoère est prêt pour la reprise du secteur aéronautique en 2022

Par

Le groupe toulousain Latécoère vient de s'installer dans son nouveau siège social rue de Périole, quartier Roseraie, à Toulouse. Après avoir bouclé un plan social, il se prépare à la reprise du secteur aéronautique, dans le sillage d'Airbus.

Samuel Bégué, directeur industriel chez Latécoère Systèmes d'Interconnexion. Samuel Bégué, directeur industriel chez Latécoère Systèmes d'Interconnexion.
Samuel Bégué, directeur industriel chez Latécoère Systèmes d'Interconnexion. © Radio France - Jeanne-Marie Marco

Le secteur aéronautique toulousain se prépare à la reprise pour 2022. En tout cas, l'équipementier Latécoère anticipe un retour de la croissance d'activité. Le groupe vient de terminer un plan social, dont l'étendue a été limitée notamment grâce aux aides du gouvernement. Samuel Bégué, directeur industriel chez Latécoère Systèmes d'Interconnexion, une des deux branches de l'entreprise, était l'invité de France Bleu Occitanie ce mardi 31 août.

Publicité
Logo France Bleu

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire vient de siffler la fin du "quoi qu'il en coûte". Mais peut-on aller jusqu'à dire que ces aides ont sauvé l'équipementier Latécoère ?

En tout cas, ce que l'on peut clairement dire, c'est que ça a été un dispositif qui a été absolument essentiel sur cette année 2020/2021, puisque j'en veux pour exemple le fait que suite à cette chute terrible des cadences que l'on a vécu, s'est mis en place un plan social négocié avec les partenaires sociaux. Un plan qui, dans notre branche, a été abandonné au mois de janvier, ce qui a permis de sauver 150 emplois sur la branche câblage du groupe.

Vous avez limité la casse, mais combien d'emplois n'ont pas pu être sauvés ?

Au niveau du groupe, c'est effectivement une cinquantaine de départs non volontaires qui ont eu lieu, avec un PSE qui vient de se finaliser maintenant.

Le chiffre d'affaires de Latécoère a baissé de plus de 40% l'an dernier. Cette année, on est à combien de de pertes ?

On est alignés sur 2020, donc on stagne. On est dans une situation stabilisée aujourd'hui. Donc on n'a pas encore retrouvé l'activité d'avant la crise.

L'avenir ressemble à quoi ? Airbus publie des bons chiffres de livraisons d'avions. Est-ce que c'est bien parti aussi chez Latécoère ?

On a la visibilité de cette reprise qui nous est donnée par les grands donneurs d'ordres, Airbus en premier lieu. Bien évidemment, on constate un réamorçage des cadences de production sur les différentes plates formes avec l'A320 en premier lieu.

Comment on mesure concrètement les effets d'une d'une reprise ?

C'est surtout le fait que les grands donneurs d'ordres nous donnent cette visibilité. Nous, clairement, on n'attend pas cette reprise là, on la précède, on l'anticipe, on s'y prépare nous-mêmes en interne et notre chaîne de fournisseurs. Et surtout, ça nous permet de nous projeter vers le futur et de structurer notre société pour être en mesure de rebondir.

Est-ce qu'on peut imaginer carrément des recrutements chez Latécoère d'ici la fin de l'année ou alors c'est bien trop ambitieux ?

Sur certains postes, avec certaines compétences spécifiques probablement. Pour l'instant, ce qui est sûr, c'est que la reprise qui nous est annoncée, en tout cas jusqu'à 2022 avec cet horizon là, doit avant tout nous permettre d'avoir suffisamment d'activité pour l'ensemble de notre personnel actuel, qui est pour le moment encore partiellement en chômage partiel.

Pour tenir, il a fallu aussi se réinventer. Vous vous êtes lancé dans le médical en fabriquant des respirateurs. Vous allez continuer dans cette filière là ou pas chez Latécoère ?

Absolument. Ce rebond dont je vous parlais, il se caractérise aussi par cette recherche dans la diversification : défense, spatial, mais aussi, pour notre part, dans le médical où on a produit 10.000 respirateurs pour les hôpitaux canadiens.

Un dernier mot sur votre nouveau siège social qui désormais rue de Périodes à l'est de Toulouse ? Qu'est-ce que ça change ?

Ça nous a permis de rassembler les entités aérostructures et câblage qui étaient séparées jusque là, historiquement, dans des installations ultramodernes qui respirent la modernité, d'une part, et qui vont nous offrir des synergies entre nos branches. On est donc bien dans cette logique de rebond et de préparation à cette reprise.

Si je résume, c'est en 2022 que vous pourrez retrouver Latécoère, une activité à peu près normale ?

C'est en 2022 que toutes nos actions sur l'innovation, que nos usines 4.0, et que toute notre dynamique pour participer à la consolidation du secteur vont porter ses fruits.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu