Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Etat rachète une partie du capital d'Air France

-
Par France Bleu

Le gouvernement a annoncé ce vendredi l'achat d'une part de 1,7% de la compagnie Air France - KLM. Son objectif est en réalité technique : peser plus dans l'adoption d'une mesure soumise au vote des actionnaires, les droits de vote doubles.

Avion d'Air France sur le tarmac de Montpellier
Avion d'Air France sur le tarmac de Montpellier © Maxppp

L'Etat va investir autour de 40 millions d'euros dans le capital d'Air France, soit 1,7% du capital de la compagnie aérienne. Le gouvernement, qui détient déjà 15,88% de l'ancienne entreprise publique, privatisée en 1999, a indiqué ce vendredi qu'elle avait acquis 5,1 millions d'actions supplémentaires , "pour un montant total compris entre 33,15 et 45,9 millions d'euros".

Quelle est la raison de cette prise de participation ? Elle est en réalité politique, car l'Etat veut défendre l'une des mesures de la "loi Florange", adoptée en mars 2014. Cette loi prévoit que les actionnaires qui détiennent leurs titres depuis au moins deux ans disposent d'un droit de vote double . Une mesure visant à favoriser l'actionnariat de long terme.

Peser plus lourd dans le vote

Or, selon un communiqué conjoint des ministres de l'Economie et des Finances, Emmanuel Macron et Michel Sapin, une résolution va être soumise au vote des actionnaires pour s'opposer à la mise en place de ces droits de vote double. "L'Etat a souhaité se donner les moyens de soutenir l'adoption des droits de vote double par Air France - KLM", explique le communiqué.

En d'autres termes, le gouvernement a acheté cette part de capital pour pouvoir peser plus lourd dans le vote des actionnaires, et favoriser le passage de cette réforme . Ce n'est pas la première fois que l'Etat utilise cette stratégie : il y a quelques semaines, il a racheté une part du capital de Renault pour les mêmes raisons. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess