Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'été 2018 ne sera pas un grand millésime pour le tourisme en Dordogne

mercredi 12 septembre 2018 à 21:08 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

Après un mois de juillet très difficile pour les professionnels du tourisme de Dordogne, beaucoup comptaient sur août pour sauver la saison estivale. Les vacanciers sont venus nombreux, sur une période très courte. Le bilan est donc mitigé.

Le Périgord a séduit moins de vacanciers cet été
Le Périgord a séduit moins de vacanciers cet été © Radio France - Emmanuel Claverie

Périgueux, France

Avec l'ouverture du centre international de l'art pariétal de Montignac-Lascaux et le passage du Tour de France en Périgord, 2017 avait été une bonne année pour le tourisme en Dordogne. Selon les premiers indicateurs rassemblés notamment par le comité départemental du tourisme, 2018 ne sera pas aussi faste.

Un mauvais mois de juillet

Le démarrage de la saison a été très difficile. Comme dans beaucoup d'autres départements touristiques, de nombreux professionnels ont constaté en juillet un "effet coupe du monde", avec des passionnés de football qui ont souvent attendu la fin de la compétition avant de partir en vacances. La météo aurait aussi sa part de responsabilité. Il a fait notamment très beau dans le nord de la France et le nord de l'Europe, ce qui n'a pas incité les vacanciers à partir. Enfin les grosses chaleurs n'ont pas encouragé les touristes à déambuler dans les villes.

Un mois d'août convenable

Les professionnels comptaient donc sur le mois d'août pour redresser la barre. Et les vacanciers, dans l'ensemble, sont venus nombreux, sur la période allant de la dernière semaine de juillet aux trois premières d'août. Au point de saturer parfois la demande constate Michael Beltrami, le président de l'association des Logis du Périgord qui regroupe 34 établissements. "On est parfois complet sur cette période de forte demande, et il nous arrive de manquer de chambres, alors que le reste de l'année, on a des taux d'occupation difficiles à gérer".

Même constat pour Gé Kusters. Le président en Dordogne du syndicat de l'hôtellerie de plein air, qui redoute lui que cet afflux massif de vacanciers sur une courte période nuise au final à la qualité du service. "A un moment, on va voir que les gens vont moins apprécier les mois d'août puisque il faut attendre partout, on n'est pas sûr d'avoir une place. Ce qui me fait peur aussi, c'est que nos valeurs en Dordogne, c'est la nature, l'espace, la qualité en général, la qualité d'accueil, la qualité des services. Quand on est à ce point sollicité, je ne suis pas sûr qu'on soit toujours au top de la qualité. Je suis même persuadé qu'on ne peut pas toujours l'être".

Selon les professionnels périgourdins, les Français ont été un peu moins nombreux cet été. Les touristes belges et britanniques ont en revanche fait un retour en force.

Si le centre international de l'art pariétal de Montignac-Lascaux a de nouveau enregistré une baisse de sa fréquentation en août, (-3%), les cavités elles, ont profité des fortes chaleurs. Les gisements préhistoriques ont enregistré en août une hausse de 17%, +8% pour les grottes à concrétions, avec un record pour les grottes de Maxange au Buisson de Cadouin, +43.78%!  

Les hôteliers du Périgord Noir à la peine

Les hôteliers du Périgord Noir eux semblent ne pas avoir tous bénéficié de cet afflux de vacanciers.  Jean-Luc Bousquet, le président en Dordogne de l'Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie annonce une baisse de 10% en août dans ce secteur du département. "L'un de mes collègues a même enregistré une chute de 48% de son activité!" ajoute-t-il, pointant du doigt notamment la concurrence croissante des Airbnb. "Rien qu'entre Sarlat, Montignac et les Eyzies, on en dénombre 700", regrette-t-il.  

Jean-Luc Bousquet, le président en Dordogne de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie - Radio France
Jean-Luc Bousquet, le président en Dordogne de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie © Radio France - Emmanuel Claverie

Des chiffres à relativiser. Selon le comité départemental du tourisme, les mois de septembre et octobre sont déterminants chaque année pour juger l'année touristique dans sa globalité. Deux tiers des nuitées en hôtellerie se font en effet hors juillet et août.