Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

L'Eure, nouvel eldorado des familles parisiennes depuis le déconfinement

Sous l'effet du confinement, beaucoup de Parisiens et Parisiennes songent à se mettre au vert dans les départements limitrophes. L'Eure arrive en deuxième position et les recherches de biens ont augmenté selon une étude du Particulier à Particulier.

Depuis le confinement, beaucoup de Parisien.ne.s songent à se mettre au vert, notamment dans l'Eure
Depuis le confinement, beaucoup de Parisien.ne.s songent à se mettre au vert, notamment dans l'Eure © Radio France - Olivia Cohen

Deux mois confinés dans des espaces trop petits, ça a été dur. Résultat, beaucoup de Parisiens et Parisiennes songent à se mettre au vert dans les départements limitrophes. S'ils n'ont pas encore lancé les démarches pour acheter, ils font des recherches, BEAUCOUP de recherches sur les sites d'annonces immobilières.

Le trafic sur le site du Particulier à Particulier explose, selon une étude interne : les recherches de biens ont augmenté de 38% du 11 au 25 mai, pendant les deux premières semaines de déconfinement, par rapport à la même période l'année dernière. 

L'Eure en deuxième position

Parmi les départements les plus recherchés, l'Eure arrive en deuxième position. Ophélie, qui travaille dans la communication à Paris, songe de plus en plus à sauter le pas et s'installer dans l'Eure, dont elle est originaire.

Je suis un pur produit normand, Paris, ce n'était pas du tout un rêve !

Ophélie est née à Caen, mais elle a grandi dans un petit village de moins de 300 habitants près du Neubourg (Eure). C'est là qu'elle s'est confinée, chez ses parents, qui habitent une longère : "La maison normande classique !" Devenue étudiante, elle part en apprentissage à Paris, y signe un CDI et s'installe dans un 40 mètres carrés avec son compagnon. Tout semble parfaitement aller et puis, c'est l'annonce du confinement.

Ophélie, qui travaille dans la communication à Paris, songe de plus en plus à sauter le pas et s'installer dans l'Eure, dont elle est originaire

Le père d'Ophélie l'appelle tout de suite : "Il m’a dit « Tu rentres ! », j’ai quand même hésité parce qu’au début, je me suis dit « Allez, ça va durer 15 jours » et en fait, c’est quand même la meilleure décision que j’ai pu prendre, parce que deux mois dans mon appartement à Paris, ça aurait été plus compliqué que d’être en maison ! Tu réapprends à vivre en communauté parce qu’il y avait mes sœurs, donc tu retournes dans un schéma que tu as connu il y a 10 ou 15 ans."

Tu vois ton pouvoir d'achat qui augmente !

La qualité de vie retrouvée fait réfléchir la jeune femme de 27 ans qui, à cette occasion, redécouvre les plaisirs de la campagne. S'acheter des bons fromages, par exemple, qui ne coûtent pas les yeux de la tête : "Je vais souvent chez le fromager à Paris et les prix, c’est même pas comparable, même le primeur, c’est beaucoup moins cher en Normandie donc, déjà, tu vois ton pouvoir d’achat qui augmente et puis, t’as de l’espace, de la verdure, un jardin, tu entends les oiseaux, ce que tu n’entends plus à Paris !"

Pour elle, le télétravail s'est très bien passé, à tel point que son entreprise songe à le généraliser : "Si je suis en télétravail deux jours par semaine, c’est complètement possible de faire pendant trois jours les trajets en train de Rouen ou de Vernon et tu remets un peu le truc en question (...), ça vient comme ça, en fait, le cheminement !"

C’est un retour aux sources qui te pousse à mettre des alertes sur leboncoin et seloger !

Quitter Paris, elle y pensait, oui, mais le confinement a été un déclic : "Je l’avais un peu occulté [ce rêve], en raison du quotidien parisien et là, ça te ramène à des choses un peu plus essentielles, c’est un retour aux sources qui a fait du bien, qui te fait réfléchir et qui te pousse à mettre des alertes sur leboncoin, seloger etc. pour voir s'il y a des appartements ou des maisons sympas en Normandie !"

Concernant la généralisation ou non du télétravail, son entreprise lui en dira plus en septembre. D'ici là, Ophélie, avec son compagnon lui aussi Normand, regarde les petites annonces en rêvant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess