Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'exploitation d'hydrocarbures sera interdite partout en France, sauf en Béarn

mercredi 4 octobre 2017 à 12:11 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne et France Bleu

Les députes ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi l'article phare du projet de la loi Hulot sur la fin de la production d'hydrocarbures d'ici 2040. En excluant le bassin de Lacq, le Vic-Bilh et Pécorade, dans les Landes.

7000 personnes travaillent sur le bassin de Lacq
7000 personnes travaillent sur le bassin de Lacq © Radio France - Mathias Kern

Lacq, France

Les députés ont adopté dans la nuit de mardi à mercredi la mesure phare du projet de loi de Nicolas Hulot prévoyant la fin de la production d'hydrocarbures d'ici 2040. Le projet de loi prévoit d'interdire de délivrer tout nouveau permis d'exploration d'hydrocarbures, liquides ou gazeux. Les concessions d'exploitation existantes ne seront pas renouvelées.

C'est gagné" - David Habib, député du bassin de Lacq

Trois députés béarnais, Jean-Paul Mattéi et Josy Poueyto (Modem-LREM) et le socialiste David Habib s'étaient mobilisés pour exclure le bassin de Lacq et ses milliers emplois de la loi. David Habib ne cache pas sa satisfaction : "c'est gagné. On a obtenu un principe de base, c'est à dire qu'on pourra maintenir l'extraction de gaz à Lacq, au Vic-Bilh et à Pécorade. J'étais très opposé à cette loi de prohibition, mais au delà de la loi il fallait obtenir une dérogation. Ce qui était inimaginable il y a quelques jours. On a donc convaincu le ministre de la nécessité et de la possibilité de maintenir ce droit pour le territoire de Lacq, à continuer à extraire du gaz. C'est une vraie victoire qui nous donne des décennies en terme de perspective économique puisqu'on a 60 à 80 ans de réserves sur le bassin de Lacq, à un volume constant".