Économie – Social

L'explosion de la taxe foncière en Corse-du-sud

Par Hélène Battini, France Bleu RCFM jeudi 27 octobre 2016 à 9:19

Avis d'impôt 2016
Avis d'impôt 2016 © Maxppp - maxppp

La Corse-du-Sud affiche une hausse très importante de sa taxe foncière entre 2010 et 2015. La plus importante de tous les départements de l'Hexagone, selon une étude menée par l'UNPI - l'union nationale des propriétaires immobiliers.

L'enquête a été réalisée sur cinq années, de 2010 à 2015. Pendant cinq ans, l'UNPI a épluché, dans chaque département et dans les 36.660 communes de France, l'évolution des taxes foncières sur les propriétés bâties. Et dans les résultats, la Corse-du-Sud arrive en tête avec une augmentation de + 70 % contre seulement 17 % pour le département de la Haute-Corse. Paradoxalement, le taux actuel de la taxe foncière du département n'est pas plus élevé qu'ailleurs sur le continent. Il est même bien en-dessous de la moyenne nationale, avec un peu plus de 13 %. L'union nationale des propriétaires immobiliers apporte une explication à ce constat. Selon Frédéric Zumbiehl, chargé de cette étude, il s'agirait simplement pour la Corse-du-Sud d'un rattrapage effectué en 2012.

« Il faut faire attention avec les chiffres, la taxe foncière a certes augmenté de 44%, ce qui est quasiment dix fois l’inflation de 5% entre 2010 et 2015, mais il faut dire que le taux départemental de la taxe foncière était très bas au départ…Au final en 2015 le taux départemental de la taxe foncière de la Corse-du-sud est de 13.79, c’est le dix-septième taux le plus bas en France. Les propriétaires de Corse-du-sud ont subi une grosse augmentation de taxe foncière mais c’est surtout un rattrapage par rapport à d’autres montants en France. Si on cumule le taux prélevé par les communes et le taux du département en moyenne la taxe foncière elle est égale à 25.27% en Corse-du-sud et c’est en dessous de la moyenne nationale qui est de 37.23%. »

Frédéric Zumbiehl, chargé de l'étude pour l'union nationale des propriétaires immobiliers.

Un simple rattrapage

Les contribuables propriétaires ont donc subi d'un seul coup une grosse augmentation de leur taxe foncière en 2012. Mais après, les cotisations se sont stabilisées. Il s'agissait, en résumé, d'un rattrapage pour le département de la Corse-du-Sud. Comment peut-on expliquer ce retard par rapport à la moyenne nationale ? Réponse de Franck Giovannucci, le directeur de cabinet du président du Conseil départemental.

« Nos recettes étaient très dynamiques pendant une période, les dotations de l’état ont diminué depuis un très grand nombre d’années et en même temps il y a eu un transfert de compétences extrêmement important de l’état vers les départements…il a fallu assumer les charges nouvelles qui incombaient au département, et ce rattrapage a permis de faire face aux nouvelles obligations. Ce n’est en aucun cas une fiscalité punitive ou une démarche confiscatoire qu’a entrepris le département. La preuve, les quatre dernières années fiscalité absolument nulle pour le contribuable de Corse-du-sud. »

Franck Giovannucci, directeur de cabinet du président du Conseil départemental de Corse-du-sud.

D'importantes répercussions sur l'emploi selon les syndicats

Malgré ces explications, les syndicats dénoncent ces augmentations qui viennent s'ajouter aux difficultés des contribuables. Catherine Paolini, la secrétaire départementale de la CGT des Finances publiques.

« On a un taux de paupérisation parmi les plus importants de France sur la Corse, les impôts augmentent, les gens ont de plus en plus de difficultés…cela induit avec la baisse des dotations globales de fonctionnement des répercussions sur l’emploi…si les départements ne peuvent plus engager de commande publique…ça ne peut pas durer plus longtemps comme ça. »

Catherine Paolini, la secrétaire départementale de la CGT des Finances publiques de Corse-du-sud.

L'union nationale des propriétaires immobiliers conclut son rapport avec une demande : le blocage définitif des taux de la taxe foncière.

Partager sur :