Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'histoire oubliée de la manufacture de cycles "Elvish" à Pau

vendredi 20 juillet 2018 à 18:44 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Le vélo à Pau, ce n'est pas que le tour de France. Après guerre et jusqu'aux années 80, les cycles Elvish étaient fabriqués à Pau, dans une usine entre la place Verdun et les halles. La concurrence et une aventure américaine ont provoqué la chute de la marque.

Le logo Elvish sur la potence du guidon
Le logo Elvish sur la potence du guidon © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Gabriel Heugas a 79 ans aujourd'hui. Il a été le dernier patron des cycles Elvish, la troisième génération béarnaise de cette saga d'entreprise. De l’après guerre jusqu'aux années 80, une manufacture de cycles a existé à Pau, à l'angle de la rue de Livron et de la rue du Docteur Dassieu, entre la place de Verdun et les halles. Une usine qui a employé entre 30 et 35 personnes, et qui a produit jusqu'à 1200 bicyclettes par mois.

Gabriel Heugas, le dernier patron des Cycles Elvish  - Radio France
Gabriel Heugas, le dernier patron des Cycles Elvish © Radio France - Daniel Corsand

Vélo de course et vélo de curé

La marque a fabriqué des vélos de compétition qui ont équipé les stars locales : le nayais Victor Fontan, qui a un temps associé son nom à la marque, le palois Robert Gibanel ou encore le mauléonais Bernard Queheille. Mais surtout, Elvish c'était le vélo du quotidien. Celui pour aller aux vaches dans les fermes, les vélos de curé ou encore ce que la marque appelait "le demi course".

Le célèbre "demi course" de chez Elvish - Radio France
Le célèbre "demi course" de chez Elvish © Radio France - Daniel Corsand

Une marque qui vient d'Angleterre

Elvish est une marque anglaise au départ, la fabrique de cycles de BSA, constructeur de moto aujourd'hui disparu. Elvish a délocalisé son usine à Bordeaux pendant la grande guerre. Auguste Crosnier a racheté Elvish et son usine. Son gendre, André Bordenave, un gelosien, a repris et rapatrié l'usine à Pau. C'est son gendre, Gabriel Heuga, qui sera le dernier patron de la marque.

Les américains ont beaucoup aimé Elvish, à cause de la ressemblance phonétique avec Elvis Presley - Gabriel Heugas

Le rêve américain

Gabriel Heuga a convaincu son beau-père qu'il fallait conquérir le marché américain. Ils se mettent alors d'accord avec un importateur new-yorkais, la commande correspond à la moitié de la production nationale de la marque de l'époque. Mais le dollar dévisse. L'acheteur américain arrête subitement les frais. Gabriel Heuga se retrouve avec un stock de vélos invendables en France, car conçu sur la base du pouce anglo-saxon. Il va réussir à l'écouler sur plusieurs années sur le marché canadien. Mais cet accident de trésorerie, ajouté à l'ultra concurrence du marché national à l'époque. Elvish ne veut pas se résoudre à acheter ses pièces ailleurs qu'en France. La société est liquidée.

La signature Elvish sur le haut du cadre - Radio France
La signature Elvish sur le haut du cadre © Radio France - Daniel Corsand
Elvish équipait ses vélos de la selle en cuir de la marque française "Idéale" - Radio France
Elvish équipait ses vélos de la selle en cuir de la marque française "Idéale" © Radio France - Daniel Corsand