Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'hôtel Malherbe à Caen va fermer

mardi 26 août 2014 à 18:26 Par Francis Gaugain, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

C'est maintenant une certitude. L'hôtel Malherbe à Caen, enseigne de Best Western, fermera définitivement ses portes dans quelques semaines. Les 21 salariés de l'établissement s'étaient mis en grève samedi matin à l'occasion de l'ouverture des Jeux équestres mondiaux. Ils savent maintenant que "leur" hôtel va fermer. La fin d'une époque à Caen.

L'hotel Malherbe à Caen
L'hotel Malherbe à Caen © Radio France - - Francis Gaugain -

De Dali à  Eisenhower

L'hotel Malherbe c'est une institution à Caen. Construit entre les deux guerres. Bombardé  en 1944 après avoir abrité la Kommandantur. Reconstruit en  1950. Il a accueilli derrière son immense façade de pierre et dans ses 88 chambres tout ce que la ville pouvait recevoir comme hôtes de marque. Politiques, chanteurs, sportifs. De Salvador Dali à Edith Piaf en passant par Eisenhower ou Gilbert Bécaud et depuis samedi dernier l'équipe de France d'équitation. C'est  samedi  justement que les 21 employés de l'établissement décident  de se mettre en grève. Inquiétés par des rumeurs de fermeture ils veulent  profiter des projecteurs  braqués sur les Jeux équestres mondiaux pour tenter d' en savoir plus. 

L'hôtel transformé en logements

Des rumeurs qui aujourd'hui n'en sont plus puisque lundi les dirigeants ont confirmé aux employés que l'établissement  avait  bien été vendu à un promoteur immobilier bordelais. "France Pierre Patrimoine", c'est son nom, veut  y construire des logements. En cause, la forte concurrence hotelière caennaise qui n'aurait  pas permis de trouver un repreneur.

Les 21 salariés en sauront plus sur leur avenir et les éventuelles mesures de reclassement ce mercredi lors d'une rencontre avec les actionnaires.