Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'immobilier continue de flamber en Bretagne

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est une tendance de fond, remarquent les notaires du Finistère, les ventes se multiplient, les prix augmentent en ville et sur le littoral breton. Les biens se font rares et ça va durer.

Les prix continuent d'augmenter, les ventes continuent d'accélérer en Bretagne. C'est une "augmentation des prix sensibles", estime Olivier Gauthier, président de la Chambre des notaires du Finistère. "Avec le littoral en tête avec des augmentations de plus de 10%". La tendance suit, dans les villes : "A Brest, c'est +7% en un an. On cherche les services. L'augmentation des prix a été assez raisonnable à Quimper. A Vannes, le prix médian est quasiment le double (350 000€)". Soit +14%. Mais la tendance est loin de se généraliser, plus on s'éloigne des côtes et des villes. "L'augmentation est beaucoup moins sensible dans le centre Bretagne."

Les "Parisiens" font-ils grimper les prix ?

On a tous en tête ces habitants de grandes métropoles qui veulent changer de vie en s'installant en Bretagne, en bord de mer. "On manque d'éléments pour savoir qui achète", explique le notaire. _"_Je ne pense pas que le mouvement d'acheteurs provenant de Paris ait un effet réel sur le marché. Il y a beaucoup de locaux qui réalisent leurs projets." Donc pas d'effet déconfinement ? "C'est une tendance plus lourde. L'an dernier on avait déjà battu un record dans les transactions. Nous avons un déficit de l'offre, peu de ventes et beaucoup d'acheteurs avec des taux d'intérêt historiquement bas."

"Plus rien à vendre"

Avec un souci désormais, le manque de biens sur le marché : "L'effet du confinement n'a pas permis de reconstituer le stock de biens à vendre. La reprise post confinement a été violente avec des ventes rapides. _Aujourd'hui il n'y a plus rien à vendre._"

Faut-il craindre une bulle ? Pas forcément, pour la Chambre des notaires du Finistère : "Pour l'instant, on ne pense pas que les prix vont être amenés à baisser tant que les taux vont rester ce qu'ils sont. Pour autant, _les prix immobiliers ne peuvent pas rester déconnectés de l'économie réelle. Attendons de voir 2021_."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess