Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'immobilier revient à la raison en Nord-Pas de Calais

vendredi 14 mars 2014 à 9:56 Par Pascale Thiebold, France Bleu Nord

A l'occasion du salon Immotissimo qui réunit 150 professionnels du secteur jusqu'à dimanche à Lille Grand Palais, Emmanuel di Girolamo, président de la FNAIM pour le Nord, est notre invité. Le marché reste morose avec tout de même un léger frémissement depuis le printemps dernier.

L'immobilier à Lille
L'immobilier à Lille © Sebastien Jarry - MaxPPP

Aujourd'hui dans le Nord, selon les chiffres des notaires, les appartements anciens se vendent en moyenne 2 370 euros le m². Cela représente une baisse d'1,5%.

Dans le Pas-de-Calais, le mètre carré d'un immeuble ancien se négocie à 2 030 euros, là la baisse est plus importante  : - 11,5%. Pour les maisons dans l'ancien, les prix sont stables pour le Nord, en lègère baisse - 2% pour le Pas-de-Calais.

Bien sûr en ce moment les taux d'intérêt sont bas : 2,9% en moyenne sur 15 ans et 3, 55% sur 25 ans. Encore faut-il avoir accès à l'emprunt. Les banques sont très frileuses et réclament souvent beaucoup d'apport.

Globalement, la crise est passée par là. Les acheteurs sont peu nombreux. On compte parfois jusqu'à dix biens à céder pour un seul acquéreur. C'était l'inverse il y a 5 ans.

Mais le principal frein aux transactions, ce sont les vendeurs qui affichent souvent des prix nettement au dessus du marché. Désormais pourtant, pour céder son bien dans certains secteurs, il faut accepter de vendre à prix coûtant, voire de perdre de l'argent par rapport à l'achat de départ.

Emmanuel Di Girolamo, président de la FNAIM pour le Nord