Économie – Social

L'imprimerie spécialisée dans le braille à Toulouse demande une aide au ministère de la Culture

Par Magalie Lacombe, France Bleu Toulouse et France Bleu mercredi 18 janvier 2017 à 14:25

Le Centre de Transcription et d'Edition en Braille à Toulouse est l'une des seules imprimeries spécialisées qui existent en France.
Le Centre de Transcription et d'Edition en Braille à Toulouse est l'une des seules imprimeries spécialisées qui existent en France. © Radio France - Magalie Lacombe

A Toulouse, existe l'une des quelques imprimeries braille en France : le Centre de Transcription et d'Edition en Braille. Elle propose notamment 1.300 ouvrages et sollicite, aujourd'hui, plus de subventions pour développer de nouveaux projets mais aussi et surtout assurer sa pérennité.

L'association Centre de Transcription et d'Edition en Braille créée en 1989, à Toulouse, emploie 7 salariés et s'appuie également sur une dizaine de bénévoles mal voyants ou non voyants pour la relecture des livres transcrits.

7 salariés travaillent pour l'association CTEB à Toulouse. - Radio France
7 salariés travaillent pour l'association CTEB à Toulouse. © Radio France - Magalie Lacombe

Elle est hébergée dans des locaux prêtés par la mairie et bénéficie depuis le début du soutien des pouvoirs publics mais demande aujourd'hui davantage de subventions pour développer de nouveaux projets et aussi et surtout assurer sa pérennité.

La seule imprimerie française en braille à vendre ses ouvrages

Le CTEB, au départ, s'est créé pour répondre aux commandes de la BNP qui a souhaité offrir des relevés bancaires en braille à ses clients non voyants. D'autres banques ont suivi et l'activité a démarré en masse. Aujourd'hui, le centre de transcription traduit 7.500 relevés bancaires chaque mois.

Elle est la seule en France qui vend ses ouvrages aux déficients visuels - il y a un catalogue de vente sur Internet - alors que les autres fonctionnent sur un système de prêts d'ouvrages. Il faut compter 56,50€ pour un particulier.

Un coup de pouce du ministère de la Culture et de la Communication

C'est Adeline Coursant, qui dirige le Centre de transcription et d'édition en braille à Toulouse, depuis un an et demi. En plus de l'activité de transcription des journaux de communications (comme celui de Toulouse ou du conseil départemental de la Haute-Garonne mais le CTEB travaille aussi pour d'autres villes et collectivités locales en France) et de l'impression plus classique de livres, l'association demande aujourd'hui au ministère de la Culture une subvention supplémentaire pour pouvoir répondre aussi à des commandes des livres à la demande.

Adeline Coursant, la directrice du Centre de Transcription et d'Edition en Braille à Toulouse - Radio France
Adeline Coursant, la directrice du Centre de Transcription et d'Edition en Braille à Toulouse © Radio France - Magalie Lacombe

"On a besoin de changer des machines qui sont très coûteuses (...) Du jour au lendemain, on peut être en situation critique."

Chaque année, le CTEB propose 80 nouveaux livres en braille. Il a également déposé le label menu en braille dans une trentaine de restaurants toulousains et il développe maintenant la signalétique dans les lieux publics pour les rendre de plus en plus accessibles. EDF, par exemple, vient de lui confier la transcription en braille du parcours de l'eau dans les Pyrénées pour trois de ses sites dont celui du lac d'Oo.

Un livre transcrit en braille coûte en moyenne 56,50€ aux particuliers. - Radio France
Un livre transcrit en braille coûte en moyenne 56,50€ aux particuliers. © Radio France - Magalie Lacombe

Le Centre de Transcription et d'Edition en Braille de Toulouse recense ses nouveautés sur sa page Facebook.

Reportage à l'intérieur du Centre de Transcription et d'Edition en braille à Toulouse.