Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’industrie aéronautique très inquiète des conséquences de la crise économique qui s’annonce

Depuis des semaines le trafic aérien est réduit à sa plus simple expression, et des entreprises majeures comme Airbus parlent d’une crise sans précédent dans le secteur aéronautique. Les entreprises d'Auvergne Rhône Alpes s'attendent elles aussi à souffrir dans les prochains mois

Depuis  le début de la crise du COVID beaucoup d'avions restent cloués au sol
Depuis le début de la crise du COVID beaucoup d'avions restent cloués au sol © Maxppp - -

Airbus a même décidé d’arrêter la production de son plus gros avion, l’A380, et qui envisagerait de licencier 10% de ses effectifs. Et quand un géant comme Airbus se met a tousser, ce sont des milliers de sous-traitants qui risquent de s’enrhumer et ils sont particulièrement nombreux dans notre grande région. Sur les 190 entreprises qui travaillent de près ou de loin pour l’aéronautique en Auvergne Rhône Alpes elle sont 90, à revendiquer d’être fournisseur du groupe Airbus et de toutes ses filiales.. 

Cela va de la fourniture de structures métalliques découpées avec « Jet Cut » à Yssingeaux en passant par « Novaressort » qui fournit des pièces en mouvement, « Praxair » du traitement de surface à Saint-Étienne également ou encore « Billard engrenages » à Pont Salomon. Et toutes ces entreprises sont dans le même brouillard face à l’évolution de la crise aéronautique. Double crise d'ailleurs, parce la réduction des vols diminue évidement les besoins des compagnies aérienne en matière de maintenance et en plus, la baisse du prix du pétrole ne va pas les inciter à renouveler leur flotte pour acheter des avions moins gourmands en carburant. 

"On est passé en quelques semaines de carnets de commande étalés sur plusieurs années, à rien ou presque."

L'industrie aéronautique espère un redécollage de son activité , mais quand?
L'industrie aéronautique espère un redécollage de son activité , mais quand? © Radio France - Yves Renaud

Parmi les 190 entreprises d’Auvergne-Rhône-Alpes qui travaillent dans le domaine aéronautique, nous avons choisi de donner la parole au PDG de Jet Cut à Yssingeaux. Une entreprise spécialisée dans la découpe de métaux avec des jets d’eau en surpression pour éviter l’échauffement du métal et qui emploie une soixantaine de salariés. Avant la crise du Covid-19 tous ses indicateurs économiques étaient au beau fixe, mais là Florent Saby ne sait plus vraiment ou il va. ""Je pense effectivement que le secteur aérien sera l’un des plus affectés. Il cherche comment il peut redémarrer, comment se relancer. Il faut se rappeler qu’il y a six mois, on avait dix ans de carnets de commandes d’avance. On a des compagnies aériennes qui ont eu des annulations de commande, ça s’est passé très vite sur ce qu’on appelle l’aménagement cabine. Et puis après on a eu  beaucoup de reports. Tous les équipementier aériens ont attendu des recalages de planning d’Airbus et des autres constructeurs aéronautiques  qui ne sont toujours pas venus. En mars-avril, on était à -30% , pour le mois de mai, on sera à -50 % de notre activité."

Jet Cut, comme près de la moitié des 190 entreprises aéronautique de la région Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des sous traitants du groupe Airbus et évidement la crise qui touche le géant risque fort de retomber en cascade sur tous ses fournisseurs. Une crise mondiale du secteur  qui inquiète beaucoup Florent Saby, le PDG de Jet Cut à Yssingeaux. "On se rend compte que le mal est beaucoup plus profond, il est mondial. Ça ne concerne pas seulement Airbus, mais toute l’aéronautique. Pour le moment les recalage de planning d’Airbus sont entre 30 et -50 %,  mais on sent bien que demain quand ça va repartir, ça repartira avec au moins deux fois moins de boulot qu’avant. On ne voit pas d’horizon de reprise c’est un peu ce qui  est angoissant.

Jet Cut qui avait réalisé dernièrement de gros investissements pour étendre son unité de production  à Yssingeaux  et qui avait également repris une filiale du coté  de Clermont Ferrand 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu