Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'industrie recherche toujours des candidats à l'apprentissage en Béarn et Bigorre

lundi 16 avril 2018 à 11:22 Par Mathias Kern, France Bleu Béarn

L'industrie continue de recruter et peine même à trouver des candidats. 160 contrats en apprentissage sont encore à pourvoir sur les sites de formations de l'UIMM à Assat, Tarbes, et Tarnos, pour la rentrée 2018-19. Les formations du pôle CFAI Adour vont du CAP au diplôme d'ingénieur.

Le pôle Formation de Tarbes va déménager à la rentrée 2018 pour s'installer sur un site près de l'aéroport.
Le pôle Formation de Tarbes va déménager à la rentrée 2018 pour s'installer sur un site près de l'aéroport. © Radio France - MK

Tarbes, France

160 places sont encore disponibles sur les sites d'Assat, Tarbes, et Tarnos, à quelques mois de la rentrée 2018. La filière en apprentissage peine encore à attirer. Pourtant, tout est ficelé pour que les jeunes réussissent avec des entreprises partenaires, qui ont déjà été trouvées pour effectuer leurs alternances (par exemple, Candia, Danone, Safran Helicopter Engines, Safran Landing Systems, Technoflex, Ventana, etc.)

Eric Bégué, le responsable production au pôle formation Adour, reconnaît qu'il y a encore du travail à faire pour promouvoir ces filières.

Les types de formations sont multiples, et vont du CAP au diplôme d'ingénieur, dans les secteurs de la chaudronnerie, de la production mécanique, de l'aéronautique, de l'électrotechnique.

Un apprentissage accessible jusqu'à 30 ans

L'autre argument choc avancé par l'UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) qui pilote ces formations est ce chiffre de 91% de réussite aux diplômes. Il y a aussi un taux d'insertion élevé à 86%, six mois après la fin du parcours. Pour attirer de nouveaux profils, l'âge limite a aussi été reculé, de 25 ans à 30 ans.

Vincent Dacougnia, un Palois de 22 ans, a choisi de se réorienter dans le secteur de la chaudronnerie.

La prochaine journée d'information est prévue le samedi 26 mai, 9h-13h sur le site d'Assat. En attendant, vous trouverez toutes les infos sur le site internet du Pôle Formation Adour.