Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'inquiétude des salariés de l'hôpital privé du parc Valmy

jeudi 30 novembre 2017 à 7:58 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Devant le bâtiment flambant neuf de l'hôpital privé Dijon-Bourgogne au parc Valmy, des salariés sont inquiets. Un plan de restructuration national du groupe Ramsay, à qui appartient la clinique, menace les neuf postes des services comptabilité et ressources humaines.

Des salariés se sont rassemblés avec des tracts et des pétitions pour alerter les patients
Des salariés se sont rassemblés avec des tracts et des pétitions pour alerter les patients © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Dijon, France

Ils sont installés là depuis moins de quatre mois. Mais déjà certains salariés de l'hôpital privé Dijon-Bourgogne ont en tête l'idée qu'il va peut-être falloir bientôt partir. Le groupe Ramsay, qui gère ce nouvel établissement du parc Valmy à Dijon a annoncé un plan de réorganisation national qui prévoit la création d'une plateforme des services administratifs à Cergy-Pontoise. Ca veut dire que les neuf postes de la comptabilité et des ressources humaines, ainsi que deux postes à la clinique des rosiers sont menacés.

Les salariés se sont donc rassemblés devant l'établissement en début de semaine, pour informer les patients et leur faire signer une pétition. Le groupe Ramsay veut centraliser ses services administratifs, et pour la directrice de communication du groupe Caroline Desaegher, les salariés concernés " auront la possibilité soit de rejoindre la plateforme de Cergy, soit d'être reclassés en interne. On est en train de voir quels sont les postes qu'on va avoir à pourvoir dans les prochains mois et les prochaines années pour les proposer aux salariés concernés. "

On a tout fait pour que la fusion des trois cliniques se passe bien et aujourd'hui on nous dit qu'on n'a plus besoin de nous

Mais à Dijon, ce plan national laisse un goût amer. Cette salarié du service comptabilité raconte : " on a tout mis en oeuvre pour que la fusion des trois cliniques au sein de ce nouvel établissement se passe bien, on a pris sur notre temps en famille, on a fait des réunions, on a harmonisé nos méthodes de travail, et aujourd'hui on nous remercie en nous disant qu'on n'a plus besoin de nous et qu'on va tout mettre à Paris. " Elle note avec ironie que le jour où ils ont appris la nouvelle, le service comptabilité a reçu des ordinateurs tout neufs.

Les collègues, soignants par exemple, regrettent déjà ce service de proximité : " là c'était pratique, il suffisait de passer dans le bureau quand on avait un souci, note Marie-Hélène, qui est aide-soignante de nuit à la maternité, mais maintenant il faudra tout faire par téléphone, avec des inconnus qui ne connaissent pas les spécificités de l'établissement." Le groupe Ramsay promet qu'il y aura dans chaque établissement une personne dédiée pour faire le lien entre le personnel et la plateforme.

Pour Annie Valier-Brasier de la CFTC, le problème c'est surtout que le projet est encore très flou. Le groupe prévoit la fin de la réorganisation pour 2020, mais les syndicats ont " des doutes sur les reclassements, sur les primes de licenciements." Ils ont fait des propositions qui ont été transmises à la direction. " On craint que ce ne soit qu'un début, on est inquiets pour la suite " ajoute Annie Valier-Brasier.