Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'Insee intègre le trafic de drogue au calcul du PIB

mardi 30 janvier 2018 à 20:49 Par Magali Fichter, France Bleu

L'institut national de la statistique et des études économiques (Insee) annonce ce mardi qu'il va "tenir compte de la consommation de stupéfiants et des activités liées à cette consommation sur le territoire national" dans son calcul du produit intérieur brut français.

Une saisie de drogue de la police (illustration)
Une saisie de drogue de la police (illustration) © Maxppp -

C'était une demande de l'institut européen des statistiques, Eurostat : l'Insee (institut national de la statistique et des études économiques) va intégrer le trafic de drogue au calcul du PIB (produit intérieur brut) français, qui mesure la richesse nationale. L'institut a annoncé ce mardi dans un communiqué qu'il allait "tenir compte de la consommation de stupéfiants et des activités liées à cette consommation sur le territoire national". Cela va entraîner "une révision en très légère hausse du PIB", dont les chiffres seront publiés en mai. 

La révision portera "sur l'ensemble des résultats" publiés par l'Insee, c'est-à-dire depuis 1947. Mais il ne s'agira que de quelques milliards d'euros, à rapporter à 2.200 milliards d'euros du PIB français, a expliqué à l'AFP le chef du département des comptes nationaux de l'institut. 

Pourquoi une telle décision ?

Eurostat avait demandé dès 2013 aux Etats membres de l'UE d'intégrer le trafic de drogue, mais aussi la prostitution, dans leurs statistiques nationales, parce qu'il estime qu'il s'agit de transactions commerciales consenties librement. De plus, ces activités sont légales dans certains Etats, à l'image des Pays-Bas, ce qui gonfle leur PIB. Plusieurs pays ont déjà décidé d'intégrer ces nouvelles normes, à l'image de l'Espagne, du Royaume-Uni et de l'Italie. L'Insee a donc suivi ces pays, mais refuse toujours de comptabiliser la prostitution relevant des réseaux.