Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'investisseur chinois propriétaire de terres agricoles dans l'Indre est en faillite

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Le groupe chinois Reward, propriété du milliardaire Hu Keqin, était derrière le rachat de 1.700 hectares de terre agricoles dans l'Indre. Il aurait fait faillite en mai.

Le groupe Reward avait acheté plus de 1700 hectares dans l'Indre
Le groupe Reward avait acheté plus de 1700 hectares dans l'Indre © Radio France - Mathieu Ferri

L'affaire avait fait grand bruit : des terres agricoles indriennes rachetées ces dernières années par des investisseurs chinois, sans que l'on sache précisément qui était derrière ce conglomérat d'investisseurs. Au total 1.700 hectares passaient ainsi dans les mains de puissances étrangères entre 2015 et 2016. 

L'AFP nous apprend que ce conglomérat a finalement fait faillite en mai.  

Reward, à l'origine spécialisé dans la production de lait infantile et de produits d'entretien, espérait produire de la farine pour lancer une vaste chaîne de boulangeries en Chine avec à la clé 1.500 boutiques. Seules trois finalement auraient vu le jour. Provisoirement. Elles seraient déjà toutes les trois fermées. 

L'Agence de notation financière Fitch s'inquiétait dès janvier dernier de la bonne santé du groupe Reward et déplorait, selon l'AFP, " l'opacité entourant les comptes des firmes chinoises, la non-publication d'informations "pertinentes" et des audits notoirement incomplets".

Le rachat de terres agricoles indriennes avait provoqué une levée de boucliers de la part des agriculteurs berrichons qui craignaient un accaparement d'une grande partie des surfaces utiles avec le départ à la retraite annoncé de nombreux cultivateurs dans les prochaines années. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess