Économie – Social

L'invité de 8h20 : "il faut transformer les retombées immédiates du Tour de France en héritage de long terme"

Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin mardi 18 octobre 2016 à 10:12

Le Tour, un investissement à long terme.
Le Tour, un investissement à long terme. © Radio France - Françoise Ravanne

Alors que le parcours du Tour 2017 est dévoilé ce mardi, quelles sont les retombées pour Limoges, qui a accueilli une arrivée et un départ en 2016 ? Le point de vue de Christophe Lepetit, économiste au CDES, le centre de droit et d'économie du sport de Limoges.

Pour avoir une arrivée, une ville doit payer 100.000 euros à ASO, la société organisatrice du Tour de France. Pour un départ, c'est 60.000 euros. Limoges a eu les deux en juilllet dernier. Le jeu en vaut-il la chandelle ? C'est la question que nous avons posé à Christophe Lepetit, économiste du sport au CDES de Limoges.

Réponse : "C'est un investissement qui vaut la peine, à condition de se faire sur la durée, dans une stratégie globale, de placer l'accueil du Tour de France au coeur de votre politique de quartier ou d'un projet de territoire". Sachant que l'épreuve cycliste est retransmise dans 190 pays, on peut aussi relayer l'image de la région "en communiquant dans les pays qui suivent le plus le tour, pour transformer les retombées économiques en héritage de long terme, et aussi faire revenir le Tour au bout de quelques années, pour entretenir cette image".

Pour Christophe Lepetit, il faut réactiver l'investissement de départ.

Partager sur :