Économie – Social

L'oenotourisme en Champagne : comment faire pour attirer plus de touristes ?

Par Aurélie Jacquand et Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne mercredi 12 octobre 2016 à 10:36

Le salon "Destination vignobles" attire 150 tour-opérateurs du monde entier.
Le salon "Destination vignobles" attire 150 tour-opérateurs du monde entier. © Radio France - Sophie Constanzer

Des professionnels venus du monde entier sont à Reims pour découvrir l'offre d'oenotourisme du salon "Destination vignobles". Parmi les vignobles qui tentent d'attirer toujours plus de touristes, la Champagne bien sûr, même si elle ne reste souvent qu'une simple "étape" pour les visiteurs.

Près de 150 tour opérateurs venus de 45 pays différents sont actuellement à Reims, au salon Destination vignobles, pour faire leur marché dans l'offre touristique proposée par les vignobles français. Un tourisme qui reste à développer ici en Champagne. Car si l'inscription de la Champagne au patrimoine mondial de l'Unesco a permis d'attirer une nouvelle clientèle -des touristes venus d'Inde, d'Australie- l'inscription à elle seule ne suffit pas pour développer l'oenotourisme. "Il ne s'agit pas seulement de vendre des bouteilles", insiste le président d'Atout France qui organise le salon. "Il y a l'acte d'achat mais il y a en plus la connaissance du vignoble, du vigneron, la visite de la cave, et ensuite un déjeuner chez le vigneron...", souligne Philippe Faure.

Si Paris marche moins, la Champagne marche moins -- Florie Buchon d'un tour-opérateur américain

Parmi les étrangers qui font le choix du tourisme dans les vignobles francais, il y a les Brésiliens, de plus en plus nombreux. Et puis il y a les fidèles : les touristes belges et hollandais, qui ne se lassent pas de la destination champagne, mais pour des séjours courts. Car la Champagne reste encore souvent une étape pour les touristes. C'est aussi l'avis de Florie Buchon qui vient chercher des idées pour ses clients américains. Des touristes américains qui ont boudé la Champagne cet été, car ils ont boudé... Paris. "Si Paris marche moins, la Champagne marche moins, il n'y a aucun doute car les clients américains font souvent un jour de visite au départ de Paris ou deux jours au départ de Paris", explique Florie Buchon. La durée moyenne d'un séjour en Champagne est effectivement courte : moins de 2 jours (1,46 jours exactement).

Mais cette durée de séjour courte, est-ce vraiment un problème ? Non à en croire, le directeur de l'office du tourisme d'Epernay. "Moi je préfère avoir des clients qui passent deux nuits en Champagne... quand vous partez un week-end, deux nuits, vous n'avez pas de budget, vous comptez moins, et donc vous consommez plus..." souligne Frédéric Nebout.

Notre atout, c'est le champagne - Laurence Prévot, directrice du comité régional du tourisme

Ce salon "Destination vignobles" c'est l'occasion où jamais de faire visiter la Champagne aux tour opérateurs et de leur faire découvrir le champagne "vin unique et connu de tous", ajoute Laurence Prévot, la directrice du comité régional du tourisme qui avoue que l'inscription à l'Unesco est un vrai plus "Il y a des touristes à travers le monde qui font le tour des destinations classées à l'Unesco". L'enjeu est donc que les vignerons champenois prennent conscience de leur rôle et participent à la démarche touristique, en proposant des offres nouvelles pour visiter leurs caves, en pratiquant des langues étrangères...etc. Mais Laurence Prévot insiste "Il y a de nombreuses choses à faire en Champagne, mais il ne faut pas non plus se disperser, le champagne doit rester notre porte d'entrée pour attirer les touristes".

Laurence Prévot "Notre atout c'est le champagne"

Partager sur :