Économie – Social

L'UBB, un club de rugby qui rapporte 94 millions d'euros par an

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde lundi 14 septembre 2015 à 4:00

Pierre Goguet (CCI), Laurent Marti (UBB) et l'homme d'affaires Bernard Magrez
Pierre Goguet (CCI), Laurent Marti (UBB) et l'homme d'affaires Bernard Magrez © Radio France - Yves Maugue

L'Union Bordeaux-Bègles rapporte chaque année 94 millions d'euros à la collectivité. C'est le résultat d'une étude que vient de mener la CCI de Bordeaux, la Chambre de Commerce et d'Industrie.

L'étude menée par la CCI de Bordeaux devait permettre de mesurer l'impact économique de l'Union Bordeaux-Bègles, club de rugby installé depuis maintenant cinq ans dans l'élite natinale, en Top 14. L'UBB, c'est une entreprise qui emploie 80 salariés et qui accueille aujourd'hui au stade Chaban-Delmas le plus grand public de rugby d'Europe avec 23.704 spectateurs de moyenne. L'Union constitue donc un véritable acteur de l'économie locale. Pour 20 millions d'euros de budgets apportés notamment par les 500 partenaires du club, les retombées économiques globales sont chiffrées par cette étude à 94 millions d'euros par ans.

Ce chiffre a quelque peu surpris le président du club Laurent Marti. D'autant qu'il ne tient pas compte de la nouvelle réalité du club cette saison. L'an passé, l'UBB a joué trois matches au stade André Moga de Bègles, à la capacité limitée. Cette année, il y aura trois rencontres au Matmut Atlantique, le nouveau stade de Bordeaux qui peut accueillir 42.000 spectateurs. Par ailleurs, pour la première fois de son histoire, le club va disputer la Champions Cup, la grande coupe d'Europe, ce qui lui assure trois réceptions au minimum à Chaban-Delmas.

Un atout pour convaincre les partenaires

 En cette période de crise, l'Union Bordeaux-Bègles doit convaincre ses partenaires que l'investissement est rentable. Pierre Goguet est le président de la CCI de Bordeaux. Il met de l'argent tous les ans pour aider l'UBB. Cette étude va lui permettre d'argumenter face à ses entreprises adhérentes.

Les chambres de commerce doivent faire face à une baisse de leurs ressources et sont obligées d'arbitrer. Moi, j'étais persuadé que soutenir l'UBB avait un vrai sens économique. Cette étude le démontre.

Les commerçants notamment découvriront dans l'étude que chaque spectateur dépense en moyenne, hors billet, 40 euros par match, essentiellement dans les restaurants et les buvettes. Plus difficile à mesurer mais également très important, l'UBB participe de l'image de la ville selon l'un des mécènes de l'Union, l'homme d'affaires aux 40 chateaux, Bernard Magrez.

On aime être dans une entreprise qui gagne, on aime aussi être dans une ville qui gagne, ça donne de l'entrain, ça donne de la passion.

Cette étude pourrait également permettre à l'UBB de peser davantage dans les discussions avec la mairie sur l'avenir et la rénovation du stade Chaban-Delmas. La ville a évoqué la possibilité de moderniser l'enceinte, mais en ramenant sa capacité à 20.000 places. Le président de l'UBB réclame pour sa part une capacité située entre 25.000 et les 33.000 places actuelles.