Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'UFC-Que Choisir accuse EDF d'influencer les prix de l'électricité

jeudi 5 avril 2018 à 16:06 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L’association de consommateurs accuse EDF de sous-utiliser le parc nucléaire français pour faire grimper les prix de l'électricité. D’après une étude publiée ce jeudi, le montant de la facture pour les abonnés s’élèverait à 2,4 milliards d'euros. L'entreprise dément.

Centrale nucleaire de Civaux (Vienne).
Centrale nucleaire de Civaux (Vienne). © Maxppp - Nicolas Kovarik

L'ouverture du marché à la concurrence depuis 10 ans n'a pas permis de faire baisser les prix de l'électricité. C'est la conclusion d'une étude de l'UFC-Que Choisir publiée ce jeudi. Selon l'association de défense des consommateurs, EDF, qui pilote toujours une grande partie de la production d’électricité, sous-utilise volontairement ses centrales nucléaires pour influencer les prix du marché de l'électricité.

Un monopole qui coûterait 2,4 milliards d'euros aux abonnés

Montant de la facture pour les abonnés : 2,4 milliards d’euros entre 2012 et 2016.  Cela représente un surcoût de 71 euros en moyenne pour les foyers abonnés au tarif réglementé, 109 euros pour ceux abonnés aux fournisseurs alternatifs.

EDF possède en effet l'intégralité du parc nucléaire français, constitué de 58 réacteurs et produit plus de 70% de l'électricité dans le pays. Concrètement, l'association affirme que l'opérateur historique fait moins tourner ses réacteurs lorsque la demande d'électricité diminue et que les prix commencent à baisser. D'après l'UFC - Que Choisir, EDF compense en mobilisant d'autres moyens de production, plus coûteux, comme le gaz,  le fioul, le charbon. Résultat : les prix sur le marché de gros augmentent.

"Cela permet à EDF de vendre sa production future, donc vendue maintenant par anticipation sur le marché à terme, à un bien meilleur prix que s'il avait utilisé 100% de son parc nucléaire", explique Nicolas Mouchnino, spécialiste de l'énergie à l'UFC.

EDF dément

L'association demande à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) ou l'Autorité de la concurrence de se pencher plus précisément sur ces pratiques. Elle invite aussi les pouvoirs publics, qui débattent actuellement de l'avenir de la politique énergétique, à se préoccuper de l'utilisation du nucléaire dans la production d'électricité en France, afin qu'elle profite d'abord aux ménages.

De son côté, EDF "conteste" les accusations et menace d'aller "devant les tribunaux pour tirer les conséquences de ces allégations". "L'UFC - Que Choisir ne fonde ses allégations sur aucun élément tangible, s'appuyant seulement sur un raisonnement économique erroné qui ne tient pas compte de la réalité du marché de gros, marché européen interconnecté basé sur la rencontre de l'offre et de la demande", a réagi l'électricien dans un communiqué.

EDF rappelle en outre qu'il agit sous le contrôle de la CRE qui publie chaque année un rapport sur le fonctionnement du marché de gros de l'électricité. Dans son dernier rapport, en octobre, elle indiquait avoir ouvert six enquêtes, dont trois spécifiquement sur l'électricité.