Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'usine Alteo de Gardanne est autorisée à fonctionner au moins jusqu'en 2024

vendredi 18 décembre 2015 à 9:31 France Bleu Provence

Soulagement pour les salariés d'Alteo (ex-Péchiney) de Gardanne (Bouches-du-Rhône) : leur usine d'alumines ne va pas fermer le premier janvier prochain. 400 emplois sont sauvés, ainsi que 600 emplois de sous-traitants. En revanche, c'est une mauvaise nouvelle pour les défenseurs de l'environnement.

Des salariés de l'usine Alteo le 11 septembre 2015 à Gardanne
Des salariés de l'usine Alteo le 11 septembre 2015 à Gardanne © Maxppp

Gardonne, France

Interrogé par le journal La Provence, le préfet de la région PACA Stéphane Bouillon annonce qu'il va autoriser l'usine Alteo de Gardanne, près d'Aix-en-Provence, à fonctionner "très certainement pour une durée de 9 à 12 ans"

Le préfet précise que c'est cette décision, "c'est la position du gouvernement".  Le mois dernier, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal avait pourtant réclamé la fermeture d'Alteo en raison des rejets polluants en Méditerranée.

Des rejets d'eau traités, selon la direction

En 50 ans, des millions de tonnes de résidus de bauxite se sont déversés par 320 mètres de fond,  à sept kilomètres des cotes. Dès le premier janvier 2016,  l'usine d'alumines ne rejettera plus que de l'eau traitée, les matières solides seront stockées à terre et revalorisées. Il ne sera donc plus jamais question des "boues rouges".

Analyses faussées selon les pêcheurs

Selon la société, 99,9 % des anciens rejets ont été éliminés et les études menées sur la faune et la flore sont rassurantes.

Les défenseurs de l'environnement et les pêcheurs sont sceptiques. Ils affirment que les analyses sont tronquées et que la pollution va se déplacer à terre.