Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'usine Areva de La Hague bloquée par des salariés en grève

dimanche 7 janvier 2018 à 19:21 Par Marc Vantorhoudt, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin

Le lundi 8 janvier au matin, les salariés postés grévistes du site AREVA de La Hague bloquent l'entrée de l'usine. Une décision prise lors d'une Assemblée Générale, alors que la direction et l'intersyndicale CGT-UNSA-CFDT se rencontrent pour ouvrir des négociations ce lundi à 14h.

Le site de retraitement des déchets nucléaires AREVA de La Hague.
Le site de retraitement des déchets nucléaires AREVA de La Hague. © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Beaumont-Hague, France

L'année commence fort à l'usine Areva de La Hague. Le lundi 8 janvier, des salariés en grève vont bloquer l'accès à l'usine dès 4h30 du matin. Ils protestent contre une mesure de leur direction concernant les modes de compensation des jours fériés travaillés pour les employés postés de l'usine.

Les salariés travaillant les jours fériés avaient jusqu'à présent la possibilité de récupérer les jours fériés travaillés en jours de repos, ou sous forme de compensation financière. Les dirigeants du site aimeraient ne plus compenser ces journées de travail que sous forme financière. 

Les grévistes sont mobilisés depuis le 3 décembre et ne compte pas relâcher la pression, malgré l'organisation d'une réunion de négociations ce lundi à 14h00. S'ils viennent avec des propositions, les représentants syndicaux ne s'attendent pas à une solution rapide et affirment avoir les moyens de durcir encore le mouvement, tout en voulant rassurer les habitants locaux : la sécurité de l'usine ne sera pas mise en danger.