Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L’usine Bosch de Rodez tente de résister au déclin du diesel

vendredi 12 octobre 2018 à 6:05 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

Face à l’effondrement des ventes de voitures diesel, l’usine d’Onet-le-Château dans l’Aveyron qui produit des injecteurs diesel doit trouver des pistes de reconversion. Mais l’abandon du tout diesel détruira inévitablement des emplois. L’inquiétude monte chez les salariés.

L'usine Bosch d'Onet-le-Château emploie 1500 salariés dans la fabrication d'injecteurs et de bougies diesel
L'usine Bosch d'Onet-le-Château emploie 1500 salariés dans la fabrication d'injecteurs et de bougies diesel © Radio France - Olivier Lebrun

Onet-le-Château, France

C’est la difficile reconversion du marché du diesel, toute une filière se retrouve fragilisée. Les ventes de voiture diesel sont en chute libre, elles ne représentent plus que 40% du marché en France, 36% en Europe. A l'usine Bosch de Rodez où l'on produit uniquement des injecteurs et des bougies de moteur diesel, on tente de trouver très vite des pistes de diversification. Mais le temps presse et l'inquiétude grandit parmi les  1 500 salariés de l'usine.

Une vraie menace pour l’usine

Ils ne veulent plus de diesel, ils n’en veulent plus, c’est tout » se désole ce salarié aux portes de l’usine qui entend tous les jours dans les médias que le diesel pollue, que le diesel n’a plus la cote. « C’est notre emploi, qu’est-ce qu’on va faire après, on fera rien ? 

Une inquiétude relayée par Yannick Anglarès , le délégué CGT chez Bosch constate que le déclin des ventes de voitures diesel a un impact direct sur l’activité de l’usine qui en 2001 comptait encore plus de 2000 salariés. Depuis, la production d’injecteurs diesel a chuté de quasiment 50%. « Les trois quart des salariés de l’usine vont avoir de 10 à 20 jours d’arrêt de production d’ici la fin de l’année, tout ça dû en partie à la baisse du marché du diesel, mais aussi à la volonté du groupe Bosch de se désengager industriellement de la France, car on voit que les usines en Turquie tournent encore plein pot sur le diesel. »

"Ils ne veulent plus du diesel, qu'allons nous devenir? " - reportage à "la Bosch", l'usine emblématique d'Onet-le-Château

Bosch est le leader mondial du diesel, il équipe 70% des moteurs diesel dans le monde. Le groupe allemand se retrouve donc aujourd’hui au cœur de la tourmente.

Face à l’ampleur de la menace, les syndicats du site Bosch de Rodez, à l’exception de la CGT, ont signé le 4 juillet dernier un accord de transition avec la direction de l'usine pour trouver des solutions. Pour éviter des licenciements tout de suite, les syndicats SUD, CGC et CFDT ont accepté des mesures de chômage partiel. L’employeur pourra fixer des périodes de 15 à 20 jours de RTT à ses salariés. En contrepartie, Bosch met 14 millions d’€ sur la table pour moderniser l’un des deux lignes d’injecteurs diesel de nouvelle génération. Mais la seconde ligne de production doit s’arrêter début 2019, elle employait 350 salariés. L’usine pourra aussi avoir recours au chômage partiel, financé en grande partie par l’Etat. Mais les salariés prendront en charge le financement d’une partie de la mesure sur leur prime d’intéressement.

L'usine Bosch de Rodez, jusqu'ici l'un des fleurons de la filière diesel du groupe allemand - Radio France
L'usine Bosch de Rodez, jusqu'ici l'un des fleurons de la filière diesel du groupe allemand © Radio France - Olivier Lebrun

Le temps presse

En contrepartie, Bosch s’est engagé à chercher des solutions de diversification de l’activité. Une cellule de 18 personnes travaille d’arrache-pied pour trouver de nouveaux débouchés dans l’aéronautique, l’horlogerie, les amortisseurs intelligents ou l’hydrogène.

Mais ces pistes de reconversion sont au long court, et il sera difficile de recaser tous les salariés reconnait le directeur économique de Bosch Rodez - Patrick Meillaud : « C’est extrêmement difficile, les produits diesel sont des produits très techniques, à forte valeur ajoutée, et donc avec beaucoup d’emplois associés. Trouver des produits équivalents sur un site industriel, c’est très difficile, voire impossible. Des produits qui génèrent autant d’emplois que le diesel, personnellement je n’en connais pas, donc oui, c’est un vrai défi. » Quant aux moteurs électriques ou essence : « malheureusement ça ne peut pas être la solution, parce que ces nouvelles motorisations sont moins complexes et génèrent beaucoup moins d’emplois, de l’ordre de un à cinq pour l’essence, de un à dix pour l’électrique. »

« Le temps est compté – s’inquiète le maire d’Onet-Le-Château Jean-Philippe Keroslian, car les pistes de diversification risquent de prendre des mois. C’est inquiétant d’autant plus que certaines personnalités se complaisent à faire du diesel un bouc émissaire écologique alors que ce n’est pas le cas. Je ne crois pas  à un scénario catastrophe pour l’instant. J’imagine que nous trouverons petit à petit des solutions innovantes qui permettraient de consolider l’emploi qui va inexorablement se réduire s’il n’y a pas une remise à niveau de la politique sur une vraie gestion du diesel. »

" le diesel bouc émissaire écologique" - Le maire d'Onet-le-Château - Jean-Philippe Keroslian

"La Bosch", premier employeur industriel de l'Aveyron - Radio France
"La Bosch", premier employeur industriel de l'Aveyron © Radio France - Olivier Lebrun

Une "coquille vide"

L'usine Bosch et ses 1500 salariés est le premier employeur industriel de l'Aveyron, le déclin accéléré du diesel pourrait avoir de grosses conséquences sociales sur ce département rural.

« Il ne faut pas se faire d’illusion, c’est tout le monde qui sera touché, quand une usine va mal, ce sont tous les commerces qui seront touchés » confie le délégué Sud de Bosch Jean-Pierre Cabrol. « moi j’ai vu un agent immobilier qui me disait que 60% de sa clientèle, c’était  des gens de la Bosch, c’est tout un territoire qui va être touché par cette histoire-là. Nous, on a peur aussi que l’usine de Rodez devienne une coquille vide, qu’on ait encore l’enseigne Bosch devant, mais que dedans  il n’y ait plus rien, que ce soit vide."