Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'usine dijonnaise Patiprestige laisse 82 salariés sur le carreau

mardi 2 août 2016 à 18:46 Par Adeline Tavet, France Bleu Bourgogne

L'annonce a été faite le 30 juin aux salariés : le site Patiprestige de Sennecey-Lès-Dijon fermera ses portes fin octobre. La CFDT et les salariés dénoncent une manœuvre du groupe Hafner, six mois après son rachat.

Patiprestige fabrique des pâtisserie fraîche
Patiprestige fabrique des pâtisserie fraîche © Maxppp -

Sennecey-lès-Dijon, France

A Sennecey-lès-Dijon, les quatre-vingt salariés de Patiprestige manifestent ce mercredi devant leur usine  contre sa fermeture. La décision leur a été annoncée le 30 juin : le site bourguignon de fabrication de pâtisserie ferme à la fin du mois d'octobre 2016. Patiprestige, qui connaissait quelques problème de trésorerie a été racheté par le groupe Hafner en décembre 2015. Six mois après, les salariés ont l'impression d'avoir été trompés.

Manœuvre pour justifier la fermeture

Les salariés dijonnais sentent qu'ils ont été délaissés au profit de l'autre site de Patiprestige, qui se trouve à Chambéry (Savoie). Le groupe Hafner aurait ainsi décidé de privilégier l'usine savoyarde, selon la CFDT. La manœuvre aurait bien été orchestrée par le groupe, explique Peter Louot, délégué syndical et membre du comité d'entreprise : "Depuis plusieurs mois, Hafner a transféré des gros clients à nous sur le site de Chambéry, donc ça a fait coulé notre chiffre d'affaires. Et à la fin ils nous ont dit : on ne peut plus continuer."

Le site a ainsi perdu de gros clients comme Carrefour et Leclerc. Peter Louot reproche aussi au groupe de ne pas avoir été clair avec ses salariés : "On sentait bien que le site allait fermer, on ne parlait que de ça, mais la direction nous disait 'non non, c'est pas vrai, on a jamais fermé de site'. Et le 30 juin, ils nous annoncent qu'on ferme.

Contactée, la direction du groupe Hafner n'a pas souhaité s'exprimer. Une nouvelle réunion en présence de la direction est prévue ce mercredi.