Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'usine du fabricant de chariots Fenwick-Linde à l'arrêt près de Châtellerault

-
Par , France Bleu Poitou

Plus aucun chariot élévateur ne sort de l'usine de Cenon-sur-Vienne depuis mardi 10h. Alors que les dirigeants voulaient poursuivre l'activité, les salariés ont exercé leur droit de retrait.

Des modèles de Fenwick.
Des modèles de Fenwick. © Radio France - Christophe Beck

Depuis 24h, l'une des plus grosses usines du Châtelleraudais est à l'arrêt complet. L'entreprise Fenwick-Linde espérait poursuivre encore un peu son activité pour livrer ses clients. Mais une bonne partie des 650 salariés qui travaillent sur place ont fait part de leur désaccord.

"Après l'annonce du confinement lundi soir, la direction nous a demandé de venir malgré tout travailler sur les chaînes pour fournir les clients. Sur une ligne de montage, on touche tous les chariots, on est à proximité les uns des autres. Sans compter que nous n'avions ni protection, ni produits de nettoyage jusqu'à ce matin" assure Pascal Jude, délégué CGT de l'entreprise.

Chômage partiel dès ce soir, usine fermée lundi prochain

"On n'a même plus le droit de se réunir entre amis à l'extérieur mais on voulait entasser plusieurs centaines de salariés à l'intérieur de l'usine pour poursuivre la production... Ce décalage a provoqué notre colère. Pour nous, la fabrication de chariots n'est pas vitale pour la nation". Deux syndicats, CGT et SUD, sont montés au créneau.

Face à cette situation, une réunion a eu lieu ce matin où la direction a fini par revoir sa copie : "Tous les salariés qui le souhaitent seront placés en chômage partiel dès ce soir. Et l'usine fermera ses portes lundi prochain" précise le syndicaliste.

Les usines baissent le rideau les unes après les autres

Fenwick n'est pas la première entreprise à mettre son activité en sommeil. Hier, on a appris les fermetures des Fonderies, d'Aigle, de Mecafi, d'Arco et de la Saft à Poitiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess