Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : au moins 450.000 manifestants dans une cinquantaine de villes
Économie – Social

Du chauffage grâce à l'eau du sous-sol à la centrale géothermique de Rosny-sous-Bois

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La nouvelle centrale géothermique YGéo de Rosny-sous-Bois a été inaugurée ce mercredi. Puisant de l'eau chaude à 1.800 m de profondeur, elle fournit du chauffage à l'équivalent de 10 000 logements à Rosny, Noisy-le-Sec et Montreuil.

La responsable du réseau, lors de la visite de la centrale géothermique de Rosny-sous-Bois
La responsable du réseau, lors de la visite de la centrale géothermique de Rosny-sous-Bois © Radio France - Rémi Brancato

Rosny-sous-Bois, France

Depuis mi octobre, des logements, des bâtiments publics ou encore la nouvelle piscine de Rosny-sous-Bois sont reliés à un réseau de géothermie, alimenté par une centrale. Implantée tout près du centre commercial Rosny 2, cette centrale géothermique a été inaugurée officiellement ce mercredi et elle fournit un chauffage complètement écolo.

De l'eau chaude à 1800 m sous nos pieds

Il y a d'abord deux puits, devant le bâtiment, profonds de 1800 mètres. "Il y a des équipements qui récupèrent l'eau du sous-sol à la nappe du dogger, qui est une nappe naturelle" explique Lorraine Devouton, responsable du département exploitation d'Engie Réseaux sur cette centrale YGéo. Cette eau, qui remonte en surface à environ 60 degrés, vient ensuite chauffer l'eau d'un autre réseau, à travers "des plaques métalliques" et "l'eau qui a été chauffée est distribuée jusqu'au pied de l'immeuble pour les abonnés" détaille encore Lorraine Devouton.

"La géothermie, c'est aller chercher de l'eau chaude à moins 1800 mètres" détaille Pierre Hourcade directeur général d'Engie Réseaux

Engie réseaux a construit 20 kms de tuyaux pour distribuer cette eau chaude, essentiellement dans des immeubles d'habitation mais aussi des batiments publics. "On a signé des contrats pour les écoles, la piscine" détaille ainsi Claude Capillon le maire (LR) de Rosny-sous-Bois qui ajoute: "c'est l'assurance d'avoir un prix stable ce qui n'est pasd le cas avec le pétrole, ce qui n'est pas le cas avec le gaz". Comme ce réseau fournit une énergie renouvelable à 60%, le taux de TVA est réduit et le coût pour le consommateur est 5% moins élevé que le gaz.

Deux projets de centrale géothermique à l'étude en Seine-Saint-Denis

Pour l'instant le réseau n'alimente que 70% de sa capacité (qui s'élève à l'équivalent de 10 000 logements). Il reste donc des possibilités de se raccorder, même si ce sera difficile pour les maisons individuelles. "Sur les habitats collectifs c'est mieux car si votre pavillon est un peu éloigné de notre réseau, les coûts seront plus élevés" explique Pierre Hourcade, le directeur général d'Engie Réseaux qui exploite cette centrale et la distribution de l'énergie.

Visite de la centrale géothermique de Rosny-sous-Bois. Rémi Brancato

Ce qui est sur c'est que ce modèle de chauffage géothermique fait tâche d'huile. Le SIPPEREC (Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour les Energies et les Réseaux de Communication), qui regroupe 114 communes de région parisienne et qui a porté ce projet, a déjà ouvert deux centrales géothermiques à Bagneux et Chatillon et à Arcueil et Gentilly. Une troisième est en cours de construction à Grigny et Viry-Châtillon. En Seine-Saint-Denis, deux autres projets sont à l'étude à Epinay-sur-Seine et Villetaneuse ainsi qu'à Drancy et Bobigny. "En Île-de-France cela parait plus adapté que la biomasse, le chauffage au bois, car la ressource est plus éloignée qu'en province" détaille Laurent Georges, directeur général du SIPPEREC.

INFORMATIONS PRATIQUES : ygeo.reseau-chaleur.fr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu