Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'usine Nobelclad de Rivesaltes va fermer

-
Par , France Bleu Roussillon

Nobelclad, spécialiste de la soudure par explosif, cesse son activité de production à Rivesaltes. 21 des 33 salariés seront officiellement licenciés début décembre.

L'usine Nobelclad de Rivesaltes emploie actuellement 33 salariés. 21 d'entre eux vont être licenciés.
L'usine Nobelclad de Rivesaltes emploie actuellement 33 salariés. 21 d'entre eux vont être licenciés. © Radio France - Adrien Serrière

C'est un savoir-faire qui disparaît des Pyrénées-Orientales et même du territoire français. Le soudage par explosif est la spécialité de Nobelclad, l'entreprise ne produira plus à Rivesaltes à partir du mois d'octobre. Sur les 33 salariés, 21 seront officiellement licenciés début décembre. La partie commerciale est en revanche maintenue, mais les employés déménageront des locaux actuels. 

Transfert de l'activité vers l'Allemagne 

Les emplois ne sont pas supprimés, il sont délocalisés dans l'autre site européen de Nobelclad, en Allemagne, mais aucun salarié de Rivesaltes n'a choisi de s'expatrier. 

A quelques semaines de vider l'usine, l'inquiétude règne parmi les salariés : «On ressort d'ici au bout de 28 ans pour certains, sans aucun métier dans les mains. car on manipule de l'explosif, on fait des tâches qui ne sont pas propres à un métier», explique Fabrice Thivant, responsable Force Ouvrière. 

Incompréhension sur la stratégie d'entreprise 

Du coté de Force Ouvrière, on ne comprend pas la décision des actionnaires : le site de Rivesaltes génère «un million d'euros de bénéfices par an alors que le site allemand n'a jamais gagné d'argent», détaille Fabrice Thivant.  

L'explication «est simple» pourtant selon Antoine Nobili, directeur du site de Rivesaltes et directeur général de Nobelclad Europe : «Le marché européen a fortement changé, notre chiffre d'affaires a été divisé par deux en Europe ces dix dernières années. Nous n'avons pas d'autre choix que de centraliser la fabrication sur un seul site. C'est un choix triste mais c'est le seul moyen de maintenir notre compétitivité en Europe»

Choix de la station

À venir dansDanssecondess