Économie – Social

L'usine Peugeot de Tremery veut devenir plus essence que diesel

France Bleu Lorraine Nord lundi 16 mars 2015 à 17:03

L'usine PSA de Tremery spécialisée dans la fabrication de moteurs
L'usine PSA de Tremery spécialisée dans la fabrication de moteurs © QR/REPUBLICAIN LORRAIN - Anthony Picore

Considéré comme trop polluant, le diesel n'a plus la côte. Le site PSA de Tremery, qui emploie 3.500 personnes en Moselle, s'inquiète de cette perte de vitesse. Et pour garantir l'emploi, espère obtenir une 2e ligne de production de moteur essence. Mais l'usine mosellane est en concurrence avec un site espagnol. Réponse ce mois de mars.

Considéré comme trop polluant, le diesel n'a plus la côte. Et ça ne fait pas les affaires de l'usine automobile Peugeot de Tremery en Moselle. Le site emploie 3.500 personnes et s'inquiète de cette perte de vitesse du diesel. Parce que l'usine s'est justement spécialisée dans ce carburant. 3 de ses 4 lignes de production sont consacrées à la fabrication de moteur diesel. Le site mosellan se bat donc pour obtenir une 2e ligne de fabrication de moteurs essence. La marque au lion n'a pas encore tranché. Elle doit le faire ce mois-ci. A Tremery en tout cas, tout le monde est convaincu par le projet. Spécialiste des moteurs diesel,l''usine PSA de Tremery voit désormais son avenir passer par l'essence. Le site doit se réorienter explique le délégué syndical SIA Serge Maffi: "Le diesel va décliner, donc on peut s'inquiéter pour l'avenir des salariés qui sont consacrés à ces lignes de production. Si demain, nous n'avons pas une compensation avec une nouvelle ligne essence, oui, il y a de l'inquiétude à avoir".

En concurrence avec une usine Peugeot à Vigo en Espagne

L'usine voudrait obtenir une 2e ligne de production de moteur essence, en plus de ses 3 lignes consacrées au diesel. Mais elle est en concurrence avec un autre site de Peugeot, à Vigo en Espagne. Le syndicat SIA fait donc un lobbying auprès de la direction de Peugeot, des élus et du gouvernement. Les 3.500 salariés mosellans attendent avec impatience l'arbitrage. "Ce moteur doit être fait en France, on a la qualité. Surtout que maintenant, on arrive à la cinquantaine, les jeunes veulent travailler, j'espère qu'il y aura des embauches", explique ce contrôleur, attaché aux lignes diesel.  Les autres syndicats soutiennent aussi le projet, mais méfiantsl, ils se demandent ce que la direction pourrait leur demander en échange. Guy Perbal représente Sud:"On serait heureux d'avoir cette nouvelle ligne essence mais à quel prix? S'il fait baisser les salaires comme ils ont déjà fait à Vigo, c'est pas le but des salariés de Tremery". Pour faire la différence, le site de Tremery mise sur son savoir-faire depuis 35 ans dans la fabrication des moteurs.

Partager sur :