Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

L'usine Yara de Pardies pourrait fermer plus tôt que prévu

mardi 3 avril 2018 à 5:00 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

L'usine Yara de Pardies est à l'arrêt depuis une semaine pour permettre aux salariés de poser des congés. Mais, faute de personnel, il n'est pas certain qu'elle redémarre avant la fermeture définitive fin octobre.

Une banderole sur l'usine Yara de Pardies (image d'archives)
Une banderole sur l'usine Yara de Pardies (image d'archives) © Radio France - Axelle Labbé

Pardies, France

Les installations de Yara à Pardies sont à l'arrêt depuis une semaine pour permettre aux salariés de poser des congés. Le site va fermer définitivement à l'automne, le plan de sauvegarde de l'emploi est en vigueur depuis le mois d'octobre 2017. 

Pas assez de personnel pour faire tourner l'usine

Sur les 86 salariés, 32 ont obtenu un départ en retraite anticipé. Une cinquantaine d'autres doivent être reclassés. Certains ont commencé à partir, à tel point qu'il n'est pas certain que l'usine puisse redémarrer comme prévu fin avril/début mai, faute de salariés à leurs postes explique Jean-François Dérolez, représentant CGT de Yara : "il avait été dit qu'on n'empêcherait pas les gens de partir, c'est ce qu'il se passe. Il y a 18 ou 19 personnes qui ont quitté l'entreprise, ils bénéficient toujours de l'accord de rappel prévu dans le Plan de sauvegarde de l'emploi, c'est à dire qu'ils peuvent revenir jusqu'au 31 octobre 2018. C'est aussi pour ça qu'ils tentent leur chance plus facilement. Donc on s'adapte, mais on est arrivé à la limite pour pouvoir encore tourner, là on a arrêté pour que les gens puissent prendre des congés, _on va peut-être redémarrer en mai mais rien n'est sûr_. On verra selon s'il y a encore des départs ou pas. De toute façon, la date butoir c'était le 31 octobre, mais à mon avis on n'ira jamais jusque là, faute de personnel on sera obligé sans doute d'arrêter avant. Mais c'est bon signe, cela veut dire qu'il y a des salariés qui se reclassent". 

Même si l'usine est arrêté plus tôt, les salaires seront versés jusqu'au 31 octobre, il n'y aura pas de licenciements d'ici là.