Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La banque alimentaire de la Marne a besoin de bras et de subventions

lundi 1 octobre 2018 à 9:58 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Champagne-Ardenne

Manque de personnel, factures en hausse, loyer élevé et gel des subventions : les difficultés s'accumulent pour la banque alimentaire de la Marne. Pour sortir la tête de l'eau, l'association lance aujourd'hui un appel aux bénévoles et aux collectivités locales.

Chaque année, les 70 bénévoles et les six salariés de la banque alimentaire viennent en aide à 20.000 personnes dans la Marne.
Chaque année, les 70 bénévoles et les six salariés de la banque alimentaire viennent en aide à 20.000 personnes dans la Marne. © Radio France - Lucas Valdenaire

Marne, France

C'est un cri d'alarme. La banque alimentaire de la Marne a besoin d'argent. Les coûts augmentent et les recettes stagnent : l'association d'aide aux plus démunis se serre la ceinture, chaque année, un peu plus. Et cela pèse sur le quotidien des bénévoles.

"Soulager ceux qui s'épuisent au travail"

Dans ce grand entrepôt de Reims, Gilbert prépare la prochaine commande : de la purée, du café, et du chocolat. Avec son gilet orange fluo, on l'aperçoit de loin. Le retraité a 69 ans et donne de son temps presque tous les jours. "Je suis là du lundi au samedi pendant quatre à sept heures et c'est parce que je veux bien m'engager. Mais tous les bénévoles ne le font pas. Ils viennent une ou deux journées par semaines. On aurait besoin de nouveaux bénévoles pour soulager ceux qui s'épuisent au travail." 

"Si on avait davantage de budget, on pourrait avoir davantage de salariés, et on n'aurait pas besoin de courir sans arrêt."

Autre difficulté : le loyer est beaucoup trop élevé, selon Gilbert. "Il y a d'autres banques alimentaires qui sont logées, entre guillemets, par les municipalités. Nous, ça nous coûte 120.000 euros par an."

"Et après, il faut aller pleurer des subventions pour pouvoir boucler le budget à la fin de l'année."  

Un budget "en péril"

Un budget encore plus serré depuis le mois de mai dernier et la suppression de trois contrats aidés. L'association compte 70 bénévoles et six salariés. Parmi eux, quatre étaient en contrats aidés en début d'année. Aujourd'hui, il n'en reste qu'un. "Les trois autres, on est obligé de les prendre en CDD, explique Gérard Signoret, le président de l'association. Du coup, les aides ne sont pas les mêmes et désormais, notre budget est en péril."

Sans oublier les factures d'énergies qui grimpent (les chambres froides consomment beaucoup d'électricité). Sans oublier, non plus, les hausses du prix du carburant (les six camionnettes du département consomment, elles aussi).

"Aidez-nous !"

"Il faut absolument trouver d'autres sources de financements, confie Gérard Signoret. Il en appelle ainsi aux collectivités locales pour accroître leurs efforts financiers. Depuis plusieurs années, les subventions sont gelées. Les récentes contraintes budgétaires n'arrangent rien et le président de la banque alimentaire 51 en est conscient. Mais selon lui, il y a des dossiers prioritaires à mettre sur le haut de la pile, et la banque alimentaire en fait partie. "Notre but est de tenir le plus longtemps possible. Tant qu'on aura besoin de nous."

"Je pense qu'on aura besoin de nous longtemps. Alors aidez-nous ! Faites des arbitrages, et de bons arbitrages."

L'association lance ainsi un appel aux responsables politiques locaux mais aussi aux bénévoles. La campagne de recrutement est lancée depuis une semaine. Elle se terminera à la fin du mois d'octobre. Chaque année, la banque alimentaire marnaise distribue 2.000 tonnes de marchandises et vient en aide à plus de 20.000 personnes dans le besoin.