Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Baule : manque de logements sociaux, l'État sanctionne la Ville

-
Par , France Bleu Loire Océan

La Ville de La Baule va être sanctionnée par l'État car elle ne respecte pas les dispositions de la loi "solidarité et au renouvellement urbain" (SRU) qui impose un taux de 25 % de logements sociaux. Pour Franck Louvrier, maire de La Baule, ce taux est irréalisable.

La Baule compte à peine 8 % de logements sociaux.
La Baule compte à peine 8 % de logements sociaux. © Radio France - Anne Patinec

La Ville de La Baule est loin du taux de logement social de 25 % demandé par la loi "solidarité et au renouvellement urbain" (SRU) adoptée en 2000. Avec 816 logements sociaux, elle atteint 7,94 %. L'État va donc sanctionner la municipalité.

Une sanction qui va prendre plusieurs formes. La Baule va perdre le droit de préemption sur sa commune, il va être transféré à l'État pour trois ans. Également, la Ville aura une majoration des pénalités financières. La municipalité estime l'amende à quelque 230 000 euros. Enfin, et c'est le plus important pour Franck Louvrier : le droit de réservation sur l'attribution des logements sociaux est transféré à la préfecture."C'est insupportable de penser que l'État peut faire mieux que les maires", commente Franck Louvrier, le maire de La Baule. On perd toute latitude pour positionner des candidats ayant un lien avec La Baule parce qu'ils y travaillent, c'est donc un impact fort dans la politique des logements sociaux. Par exemple, si j'ai des policiers municipaux qui veulent loger sur La Baule, ce n'est plus moi qui décide mais l'État."

Une loi "contre-productive" pour Franck Louvrier

Avec à peine 8 % de logements sociaux, La Baule est donc loin du taux demandé par la loi. Pour Franck Louvrier, cela s'explique par le manque de foncier. "Il y a une impossibilité physique, immobilière de pouvoir construire plus que ce que l'on fait, estime l'édile de La Baule. Il faut tirer les leçons de cette loi pour que la mixité sociale soit repensée afin d'avoir des objectifs atteignables. Vous ne pouvez pas appliquer la même loi dans un centre hyper urbain, dans des communes rurales ou littorales."

Par ailleurs, pour Franck Louvrier, cette loi est contre-productive car "elle assèche tellement le foncier qu'il devient impossible de faire du logement intermédiaire. Résultat : les classe moyennes n'ont donc plus accès aux logements. C'est l'ambiguïté d'un système appliqué où des zones où le foncier est peu accessible comme chez nous." Néanmoins, La Baule promet de livrer 300 logements sociaux sur 2021.

Si La Baule a été punie, elle n'est pas la seule commune de Loire-Atlantique. Le Croisic et La Turballe aussi ne respectent pas les dispositions de la loi SRU.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess