Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La bioraffinerie de la Mède prête à démarrer d'ici 15 jours

-
Par , France Bleu Provence

Le PDG de Total affirme que la bioraffinerie de la Mède sera prête d'ici 15 jours. La viabilité du site reste menacée depuis la suppression de l'avantage fiscal dont pouvaient bénéficier les biocarburants à base d'huile de palme.

La bioraffinerie de la Mède pourra traiter 650.000 tonnes par an
La bioraffinerie de la Mède pourra traiter 650.000 tonnes par an © Maxppp -

La Mède, Châteauneuf-les-Martigues, France

En marge de l'assemblée générale des actionnaires à Paris, le PDG de Total a annoncé ce mercredi que la bioraffinerie de la Mède serait bientôt prête à démarrer. "Les huiles végétales seront introduites dans le système, a expliqué Patrick Pouyanné. Maintenant tout est opérationnel, d'ici 15 jours". Le patron de la compagnie pétrolière espère désormais que les parlementaires français reviendront sur la suppression de l'avantage fiscal dont les biocarburants à base d'huile de palme bénéficiaient. Patrick Pouyanné a évoqué mercredi un nouveau règlement européen sur les huiles végétales durables, notamment sur l'huile de palme, "en train d'être édicté" et qui pourra être "une base pour rouvrir le débat avec le Parlement français".

Un démarrage déjà reporté à plusieurs reprises

Selon Total, la bioraffinerie pourra traiter 650.000 tonnes par an et elle s'approvisionnera en huile de palme "durable et certifiée" à hauteur de 300.000 tonnes au maximum. A l'origine, elle devait commencer sa production l'été dernier. Fin octobre, le démarrage a été repoussé au premier trimestre 2019, pour des raisons techniques. Le site est issu de la reconversion d'une ancienne raffinerie victime en 2015 des surcapacités du marché européen notamment en Malaisie et en Indonésie. Il doit produire du biocarburant notamment à base d'huile de palme, accusée par des associations environnementales de favoriser la déforestation.