Économie – Social

La biscuiterie de France ferme à Villemandeur

Par Stéphane Barbereau et François Guéroult, France Bleu Orléans lundi 26 décembre 2016 à 9:09

Capture d'écran du site internet du groupe "Culture miel"
Capture d'écran du site internet du groupe "Culture miel" © Radio France - capture écran

L'entreprise fabriquait du pain d'épices depuis 1951. Le tribunal de commerce d'Orléans a ordonné sa liquidation judiciaire, les 9 salariés ont été licenciés. C'est le flou sur l'avenir de la maison-mère, "Culture Miel", également installée à Villemandeur.

La période de Noël est traditionnellement la période phare pour tout fabricant de pain d'épices. Cette tradition culinaire a en effet beaucoup de succès à cette période de l'année dans l'Est de la France. Pourtant, à la biscuiterie de France, où l'on fabrique du pain d'épices, on n'a pas le coeur à la fête.

Une aventure commencée en 1951

La Biscuiterie de France ferme définitivement ses portes. Cette PME, fondée il y a 65 ans, était installée à Villemandeur depuis 2009. La liquidation judiciaire a été prononcée par le tribunal de commerce d'Orléans. L'aventure de la Biscuiterie de France a débuté en 1951 à Boulogne-Billancourt. L'entreprise, qui fabrique du pain d'épices traditionnel, est rachetée en 2008 par les "Miels Villeneuve", une société artisanale installée à Villemandeur depuis 1936.

Un déménagement pour davantage de synergie

La Biscuiterie de France déménage elle-même à Villemandeur en 2009, sur un site de 1 500 mètres carrés, juste à côté des Miels Villeneuve, pour obtenir un effet de synergie. L'an passé, le groupe change de nom pour s'appeler "Culture Miel". Mais les difficultés financières s'accumulent pour la branche biscuiterie, le tribunal de commerce d'Orléans vient de prononcer la liquidation judiciaire.

Des machines achetées par un fabricant alsacien de pain d'épices

Fortwenger, le spécialiste du pain d'épices en Alsace, s'est porté acquéreur des machines pour 1 million d'euros. En revanche, les 9 salariés sont licenciés. Toute la question est de savoir si cette liquidation judiciaire aura un impact sur les autres branches d'activité du groupe Culture Miel où travaillent 37 salariés. Le directeur Thierry Lauvergeat a refusé de répondre à nos questions.