Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Pas de repreneur, la boulangerie industrielle Panavi, à Saint-Estève, cette fois c'est fini !

Par

L'usine de fabrication de pain industriel Panavi, anciennement Cottes, ferme définitivement le 30 avril à Saint-Estève. 99 salariés vont recevoir dans les prochains jours leurs lettres de licenciement. Aucun repreneur n'a été trouvé.

L'usine Panavi du groupe Van de Morteele. Capture d'écran, google map
L'usine Panavi du groupe Van de Morteele. Capture d'écran, google map

Le groupe belge veut regrouper ses activités du Sud de la France dans l'Ariège, sur un site plus moderne, plus performant. Aujourd'hui, on produit par exemple 2000 baguettes par jour à Saint-Estève, contre 9000 à Lyon. De plus, le site de Saint-Estève a perdu un client important à l'automne dernier. Une chaine de supermarché discount a rompu son contrat (plusieurs milliers de tonnes de pain) pour cause de locaux vétustes, en inadéquation avec leur image de marque. Les conditions sanitaires, les normes sont pourtant respectées.

Publicité
Logo France Bleu

Accompagner la centaine de salariés licenciés

Un plan de sauvegarde de l'emploi a été négocié avec des congés de reclassement d'un an pour les 99 salariés licenciés. Environ la moitié d'entre eux a des perspectives d'avenir : départ à la retraite, formation, nouvel emploi, création d'entreprise... l'autre moitié n'a que le chômage en ligne de mire. Des salariés très discrets, ils ne souhaitent pas parler de la situation de l'entreprise, de leur futur, estiment leurs indemnités correctes.

loading

Panavi, filiale d'un groupe belge, génère pourtant des bénéfices

Le groupe Vandemoortele auquel appartient Panavi fait pourtant des bénéfices, mais il souhaite gagner en capacité de stockage, en rentabilité. L'entreprise va toutefois devoir se soumettre à un plan de revitalisation du territoire, imposé par la préfecture des Pyrénées-orientales. Ce plan prévoit le versement d'aides à la création d'emplois, à la formation...

Pour le maire de Saint-Estève, Robert Vila, c'est un coup dur. Il craint que le site se transforme en friche industrielle, puisque pour le moment aucun repreneur n'est sérieusement intéressé. Une quinzaine de salariés licenciés vivent à Saint-Estève avec leur famille.

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu