Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Bourgogne-Franche-Comté : une population stable mais des ménages en hausse

Selon la dernière enquête de l'INSEE, le nombre de ménages augmentera de 7% en Bourgogne Franche-Comté d'ici 2030. Et pourtant la population, elle, reste stable. Les explications de Madeline Bertrand, chef de projet de l'action régional à l'INSEE.

La Bourgogne Franche-Comté est la région de France qui compte le plus de logements vacants
La Bourgogne Franche-Comté est la région de France qui compte le plus de logements vacants © Maxppp - Vincent Isore

Bourgogne-Franche-Comté, France

En 2030, si la tendance actuelle se confirme, la Bourgogne Franche-Comté comptera 1 millions 350 mille 400 ménages. C'est 83 000 depuis plus que aujourd'hui, soit une hausse de 7%. Et pourtant, la population, elle n'augmente pas. ça veut dire qu'on est de moins en moins nombreux dans les foyers ?

Madeline Bertrand : "Aujourd'hui on vit dans des foyers plus petit, avec plus de familles monoparentales. on vit un peu plus souvent seul aussi. Et la population vieillit. Les personnes âgées vivent elles aussi dans des foyers plus petits. Donc si on a 10 personnes de plus de 65 ans, on aura plus de foyers avec une ou deux personnes alors que chez les moins de 35 ans, on aura plus facilement des familles qui vivent à quatre ou cinq."

Malgré tout le nombre de ménages augmente moins vite en Bourgogne Franche-Comté que dans la plupart des autres régions de France. Pourquoi ?

Madeline Bertrand : "ça vient du fait, d'abord, que dans notre région, il n'y a pas de croissance de la population, contrairement à d'autres régions. Et puis la région est peu attractive, avec un solde migratoire qui est peu favorable. C'est ce qui explique que le nombre de ménages augmente moins vite en Bourgogne Franche-Comté."

Si on a de plus en plus de ménages, on aura besoin de plus en plus de logements. Est-ce que la Bourgogne Franche-Comté est prête à faire face ?

Madeline Bertrand : "Oui puisque c'est la première région en termes de logements vacants. L'enjeu dans la région, ce ne sera pas de construire mais d'utiliser ces logements qui existent et qui ne réponde peut-être pas encore aux besoins actuels mais qui peuvent être rénovés et mobilisés pour répondre à ces besoins."

Est-ce que certaines zones de la région sont plus touchées que d'autres ?

Madeline Bertrand : "C'est surtout l'ouest de la région qui est concernée par cette vacance des logements. Dans le secteur Belfort-Montbéliard, le phénomène a plus fortement augmenté ces dernières années essentiellement parce que le logement vacant était moins présent au départ. Donc c'est plutôt une sorte de rattrapage qui s'est fait."

Si les logements sont vacants, c'est parce que le territoire n'est pas attractif ?

Madeline Bertrand : "Il y a plusieurs raison. Parfois c'est tout simplement parce que l'état des logements ne permet pas de les louer. Mais il y a aussi une vacance qui est positive, liée à un fort renouvellement sur le territoire. Par exemple quand on détruit des HLM, en attendan que la tour soit démolie ça crée de la vacance. Et puis il y a une forte vacance liée au logement qui vieillit et à la faible attractivité. Ce qui fait que la vacance est un peu plus présente au cœur des villes souvent."

La population vieillit. Est-ce cela veut dire qu'il va falloir adapter les logements ?

Madeline Bertrand : "Oui. On voit que les trois quarts des nouveaux besoins en logements sont liés au vieillissement et à l'allongement de l’espérance de vie. Donc il y a des enjeux en termes d'accessibilité, dans et autour des logements. Et justement ce type d'étude sert à anticiper. Cela permet aux décideurs de planifier une politique qui réponde aux besoins au plus juste."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu