Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La CAF recouvre les pensions alimentaires non versées en Côte-d'Or

dimanche 26 mars 2017 à 6:00 Par Victoria Koussa, France Bleu Bourgogne

Une Agence nationale de recouvrement des pensions alimentaires, l'ARIPA, a été inaugurée en janvier dans les Yvelines, en banlieue parisienne. En Côte-d'Or, vous allez aussi pouvoir récupérer la somme qui vous est due, grâce à un nouveau site Internet de la CAF.

La CAF de Côte-d'Or à Dijon.
La CAF de Côte-d'Or à Dijon. © Radio France - Victoria Koussa

Dijon, France

Aujourd’hui, 30 à 40% des pensions alimentaires en France sont totalement ou partiellement impayées. C'est en partant de ce constat accablant que la Caisse d'Allocation Familiale (CAF) a mis en place une agence de recouvrement et un nouveau site spécialisé pour venir en aide aux parents en détresse. Ils pourront y déposer un dossier pour obtenir le recouvrement des pensions impayées par leur ex-conjoint(e) ou une aide si la pension est trop faible.

Le minimum pour éduquer un enfant

Selon les situations, la Caf peut verser à la mère ou au père jusqu'à 104,75€ par mois et par enfant, le temps de recouvrir les pensions alimentaires non versées. C'est l'allocation de soutien familial. Un plus aussi lorsque l'on sait que la pension alimentaire recouvre 18% des ressources des familles monoparentales, composées à 85% de femmes.

Pour récupérer la somme non versée par le parent récalcitrant, l'agence peut soit trouver un accord avec la personne en question, soit la récupérer directement sur son salaire via son employeur ou la Banque de France. La somme est à la hauteur du montant que doit ce parent à l'autre, ce qui peut aller d'un mois de pension jusqu'à 24 mois d'impayés.

Il y a aussi un deuxième cas, si la pension alimentaire est trop faible pour assurer le minimum vital à son enfant. Et bien là, la Caf s'engage à verser un complément pour atteindre les 104,75€ réglementaires. Si un parent verse 50€ de pension, et bien l'agence versera 54,75€.

"J'avais peur de demander la pension alimentaire"

France Bleu Bourgogne a rencontré Jéma, 30 ans, maman d'une fillette de trois ans, qui vit avec le RSA et est hébergée dans un centre social, à Dijon. Elle a fui il y a un an les coups de son mari, et n'a jamais osé, par peur, demander une pension alimentaire. "Mais j'incite les femmes à ne pas faire comme moi", avoue-t-elle.

Parce que la pension alimentaire lui servirait à mettre du baume au cœur de sa fille, "lui faire un petit plaisir ". "J'essaie de gérer au mieux mes dépenses, au niveau des prix, pour trouver les prix les moins cher. Je touche environ 600 € par mois, la moitié me sert à la nourrir, l'habiller. L'autre à payer les factures, le loyer, et à me nourrir aussi, un peu. C'est dure", explique avec émotion Jéma.

Des informations pratiques

D'autres services pour bien s'orienter pendant et après une séparation, au cas par cas, sont aussi disponibles sur ce nouveau site, ou à un numéro dédié, ouvert de 9h à 16h30 : 0 821 22 22 22 (0,06€ / minute).