Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Pour Patrick Pelloux, la canicule va entraîner une "sursaturation" des services d'urgence

jeudi 2 août 2018 à 11:43 Par Thibaut Lehut, France Bleu Paris et France Bleu

Alors que la vague de chaleur s'installe progressivement sur la France, Patrick Pelloux alerte ce jeudi sur la "sursaturation" à venir des services d'urgence. "On n'a pas de moyens", déplore le président de l'Association des médecins urgentistes de France.

Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf).
Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf). © Maxppp -

La canicule qui s'installe progressivement en France cette semaine va entraîner une "sursaturation" des services d'urgences, a averti ce jeudi le président de l'Association des médecins urgentistes de France. Après quelques jours de canicule, "ça ne fonctionnera plus", selon Patrick Pelloux.

Une situation déjà compliquée avant même la canicule

"La situation est déjà difficile au quotidien", a rappelé le médecin sur, notamment dans "des services d'urgence qui ne sont pas touchés (par la canicule, NDLR)" comme Paris ou le Sud-Est de la France. "Ce qui se passe là, avec les afflux supplémentaires dus à la canicule, ça aggrave une situation déjà compliquée de travail dans les hôpitaux", a-t-il expliqué à BFM TV.

La ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn a estimé de son côté que le pays était "bien mieux armé" que lors de la canicule de 2003. "Il y a maintenant un plan national canicule qui s'active dans tous les départements touchés", a rappelé la ministre. "Aujourd'hui, 70 départements français vont être touchés par la canicule, les préfets activent ce plan", a-t-elle ajouté sur France Inter.

Les établissements ont par ailleurs adapté leurs effectifs, notamment dans les zones touristiques, car pour Agnès Buzyn, "en période de vacances, ce qui compte c'est surtout que les hôpitaux s'adaptent à leur bassin de vie".

"Ouvrir des lits à ce jour, c'est impossible"

"On fera face, c'est-à-dire que les personnels qui sont au niveau des urgences vont (...) se débrouiller", mais à l'heure actuelle "vous n'avez pas de ressources en personnel pour ouvrir des lits à ce jour, c'est impossible", lui a répondu Patrick Pelloux. 

"Quand on a dit à la ministre à peu près vers le mois de novembre qu'il fallait préparer l'été, elle a fait ce qu'elle pouvait mais en fait tant que vous ne débloquerez pas des moyens et que vous n'aurez pas une réforme de fond sur l'organisation (...) des urgences en France (... ), on continuera à avoir une augmentation (de la fréquentation), les gens continueront à attendre au niveau des salles d'attente des urgences et on restera très XXe siècle", a-t-il conclu.