Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La cantine à 1 euro peine à se mettre en place en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde

La mesure, lancée en avril dernier par la Secrétaire d'Etat Christelle Dubos, était censée aider les familles les plus modestes à inscrire leurs enfants à la cantine. 6 mois après, elle peine à se mettre en place à l'image de la Gironde, ou 1 seule commune en bénéficie pour l'instant.

70% des communes rurales ne proposent pas de tarification sociale pour leur cantine
70% des communes rurales ne proposent pas de tarification sociale pour leur cantine © Maxppp - Maxppp

Gironde, France

Lancée en avril dernier, la cantine à 1 euro était censée aider les familles modestes à mettre malgré tout leurs enfants à la cantine le midi. Pour cela, l'état s'était engagé à verser l'équivalent de 2 euros par repas aux communes, qui de leur côté, s'engageaient à mettre en place une tarification sociale de la cantine (un tarif dégressif selon les revenus des parents). Le bilan 6 mois après est vite fait: une seule commune en Gironde bénéficie de ce dispositif, celle de Créon dans l'Entre 2 Mers.

Un budget très lourd pour les communes

Si 80% des communes de plus de 10 000 habitants proposent aujourd'hui une tarification sociale de la cantine, le chiffre tombe en revanche à 30% en zone rurale. Or, ce sont souvent dans ces zones que se trouvent les familles les plus modestes. Partant de ce constat, le gouvernement avait donc décidé d'intégrer cette cantine à 1 euro à sa stratégie de lutte contre la pauvreté. Concrètement, l'Etat s'engage à reverser 2 euros par repas aux communes qui participent elles aussi au financement de la cantine, afin que le reste à charge pour les plus modestes, n'excède pas 1 euro par repas.

Le maire de Créon Pierre Gachet a ainsi été le tout premier en Gironde à se porter candidat en avril dernier. "Nous avions déjà un tarif social depuis 2015, explique Pierre Gachet, mais cette mesure nous a apporté un petit coup de pouce. Cela montre aussi que le gouvernement s'intéresse à cette question cruciale de l'alimentation des enfants".

Un manque d'information des maires

Concernant les raisons pouvant expliquer ce démarrage timide de la mesure, Pierre Gachet confirme l'énorme difficulté pour les plus petites communes de participer au financement de leurs cantines. Beaucoup de maires font ainsi le choix d'un tarif unique.

Dans l'entourage de la Secrétaire d'Etat, on pointe aussi du doigt le manque d'information des maires sur ce dispositif. Christelle Dubos en a donc profité pour refaire de la pédagogie hier midi en déjeunant à la cantine de Créon avec les enfants.

Christelle Dubos au self de la cantine de Créon - Radio France
Christelle Dubos au self de la cantine de Créon © Radio France - Florence Pérusin

La mesure pourrait cependant refaire son apparition dans les programmes électoraux à l'occasion des municipales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu