Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Prélèvement à la source : les artisans de Haute-Saône ne veulent pas "gérer les feuilles d'impôts"

jeudi 19 avril 2018 à 11:02 Par Solène Cressant, France Bleu Besançon

C'est le lancement de la déclaration de revenus. La nouveauté de l'année 2018, c'est le calcul du taux d'imposition en vue du prélèvement à la source mis en place l'année prochaine. Ce taux sera communiqué aux employeurs, ce que dénonce la CAPEB de Haute-Saône. Elle lance une pétition.

Lancement de la campagne de déclaration de revenus
Lancement de la campagne de déclaration de revenus © Maxppp - -

Vesoul, France

C'est le retour d'un courrier qui ne fait pas vraiment plaisir : la déclaration de revenus est en train d'arriver dans vos boîtes aux lettres ou par mail. La nouveauté cette année, c'est le calcul du taux d'imposition, qui sera communiqué aux employeurs, car dès 2019 l’impôt sera prélevé à la source, mais les patrons des petites entreprises s’inquiètent. 

Un coût supplémentaire pour les petites entreprises 

"C'est une bonne idée sur la papier, sauf que l'Etat en profite pour _externaliser la collecte de l'impôt_, ce serait aux entreprises de faire la travail à sa place et gratuitement" réagit Cédric Dillon, porte-parole de la CAPEB de Haute-Saône.

La CAPEB (confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) de Haute-Saône a lancé une pétition en partenariat avec l'U2P (l'union professionnelle artisanale), intitulée "Gérer les feuilles d'impôts, c'est pas notre boulot" pour dénoncer la charge de travail supplémentaire et les risques de tensions entre salariés.

Le porte parole de la CAPEB de Haute-Saône était l'invité de France Bleu Besançon ce jeudi. "Qui nous remboursement le coût de mise à jour des logiciels ou du temps passé à effectuer cette tâche supplémentaire?" a lancé Cédric Dillon. 

Pour Didier Menigoz, président de la CAPEB Haute-Saône et membre de l’U2P Haute-Saône, "cela représente un surcoût global d'un milliard d'euros pour l'ensemble de l'économie de proximité en 2019, et 500 millions chaque année par la suite." dit-il dans un communiqué. 

Les finances publiques tentent d'expliquer et de rassurer 

Les employeurs ont également peur de tensions entre salariés "en connaissance le taux d'imposition de leurs salariés, ils vont s'immiscer dans leur vie privée, qu'ils le veuillent ou non" affirme Cédric Dillon. 

De leur côté, les services des impôts rassurent : non, les patrons ne connaîtront pas l'ensemble de vos revenus, même en connaissant le taux de retenu sur votre salaire. C'est ce que dit Bernard Lidin de la direction départementale des finances publiques du Doubs.

Bernard Lidin, direction départementale des finances publiques du Doubs