Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Travail / Emploi : un enjeu électoral 2017

La carte d'identité professionnelle bientôt sur les chantiers isérois

lundi 27 mars 2017 à 8:52 Par Nicolas Joly et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment réélu la semaine dernière pour un second mandat, était l'invité de France Bleu Isère ce lundi matin. Le berjallien a promis l'arrivée pour le mois de juin d'une carte d'identité des professionnels du bâtiment sur les chantiers isérois.

Jacques Chanut, invité de France Bleu Isère.
Jacques Chanut, invité de France Bleu Isère. © Maxppp -

Bourgoin-Jallieu, France

Déjà testée depuis quelques jours dans la sud-ouest, la carte d'identité des professionnels du bâtiment arrivera en Isère en juin prochain. "C'est un combat de 10 ans pour arriver à quelque chose de simple et d’efficace pour lutter contre la fraude", confie sur France Bleu Isère le chef d'entreprise berjallien Jacques Chanut. Réélu la semaine dernière à la tété de la fédération française du bâtiment Jacques Chanut a fait de la lutte contre le travail illégal une priorité, "Sur un chantier, c'est très difficile de savoir qui vous avez en face de vous" confie-t-il.

"Sur un chantier, c'est très difficile de savoir qui vous avez en face de vous"

Et Jacques Chanut sait de quoi il parle. En effet, la semaine dernière sur son propre chantier de la Folatière à Bourgoin Jallieu, une opération de contrôle a été menée et six personnes sans papier ont été arrêtées. Employés par un sous-traitant d'e sous-traitant, ces ouvriers en situation illégale avaient même contourné le poste de garde pour pénétrer de manière clandestine sur le chantier et s'étaient réfugiés dans les appartements en construction pour échapper aux contrôles. "Je me réjouis de cette opération" confie sur France Bleu Isère Jacques Chanut, "c'est bien la preuve que malgré la mise en place de tout un système lourd pour contrôler les accès personne n'est à l'abri d'une volonté manifeste de tricher. Donc il faut qu'on ait un système simple et cette carte d'identité permettra de savoir en permanence qui est sur le chantier Toute personne non déclarée sera immédiatement exclue."

"pas de leçon à recevoir en terme d'intégration des populations immigrées"

Autre sujet de discussion et même de polémique, la clause "Molière" votée par certaines collectivités comme la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui vise à rendre la maîtrise du français obligatoire pour les personnes qui travaillent sur les chantiers. En ces temps de campagne présidentielle, certains y voient une "mesure électoraliste", une "dérive nationaliste" qui permettrait aux entrepreneurs de "trier" leur salariés. "Ceux qui parlent de cette disposition avec autant d'outrances ne connaissent pas la réalité des chantiers. réplique entrepreneur berjallien. "Maîtriser les rudiments du français notamment pour des questions de sécurité ça parait quand même assez évident. Il y a d'autres professions comme l'aéronautique ou c'est l'anglais qui est obligatoire et ça ne pose de problème à personne" poursuit Jacques Chanut qui appelle les uns et les autres à rester lucide et à faire confiance aux entrepreneurs. "S'il y a bien un secteur qui n'a pas de leçons à recevoir ( ndlr : face aux accusations de xénophobie et de racisme) c'est bien le bâtiment qui a absorbé toutes les vagues successives d’immigration dans notre pays et ce pour son plus grand bonheur." conclu Jacques Chanut.

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.