Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La cave coopérative de Francueil en Indre-et-Loire met la clé sous la porte

mardi 21 novembre 2017 à 6:30 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

La cave coopérative de Francueil va disparaître. La décision a été entérinée par la centaine d'adhérents, faute de volumes suffisants. Il ne reste plus que six caves coopératives en Indre-et-Loire qui s'attachent à se moderniser et améliorer la qualité de leurs vins.

Viiste de la cave des producteurs de Montlouis
Viiste de la cave des producteurs de Montlouis © Radio France - Xavier Louvel

Indre-et-Loire, France

La cave de la Gourmandière à Francueil était à quelques années de célébrer ses cent ans d'existence. Elle avait été créée en 1923. Finalement, ses adhérents ont décidé d'en finir, avant de plomber les finances et faire faillite. La liquidation va prendre quelques semaines. Son président espère que tout sera réglé d'ici la fin de l'année. Il cherche au passage un repreneur (qui pourrait être un négociant en vin de Cour-Cheverny). La cave coopérative comptait une centaine d'adhérents, mais seulement une vingtaine de vignerons apporteurs. Cette année, seuls 4.700 hectolitres ont été livrés par les vignerons, contre 30.000 il y a 20 ans. Pour Jean-Pierre Moreau, le président de la coopérative de Francueil, "il faut admettre que les vignerons en cave particulière dans notre bassin de production sont plus dynamiques que la cave coopérative ne l'était".

On sent bien qu'il y a malaise autour de ce système de coopération viticole. Jean-Pierre Moreau, le président de la cave coopérative de Francueil.

Après la disparition de la cave de la Gourmandière, la Touraine passe donc désormais à six caves coopératives, voir même cinq et demi, puisque celle de Bourgueil a fusionné l'an dernier avec celle de Saumur. L'union a été scellée il y a un an. Un rapprochement quasi-vital car la "coopérative de Bourgueil qui présentait quelques difficultés" explique le responsable de la nouvelle entité Nicolas Emmereau.

Vouvray, Montlouis, Bléré, Bourgueil, Limeray et Chinon, les 6 caves coopératives d'Indre-et-Loire

L'enjeu majeur des coopératives existantes, c'est le renouvellement des vignerons, pour apporter des volumes suffisants pour exister. Pour la cave de Francueil, la bataille était perdu puisque sur la centaine d'adhérents à la coopérative, 6 seulement avaient moins de 60 ans. Et au-delà de l'âge des vignerons, pour toutes les coopératives, l'idée a été d'en finir avec l'image de vins très moyens et ce n'était pas qu'une image parfois tant la qualité était médiocre.

Vouvray, plus grosse cave coopérative d'Indre-et-Loire avec deux millions de bouteilles produites

Ce virage a été pris il y a une petite vingtaine d'années à Vouvray et Montlouis. Vouvray est la plus grosse coopérative d'Indre-et-Loire avec près de deux millions de bouteilles produites et une quarantaine de vignerons apporteurs. A Montlouis, c'est moitié moins de bouteilles, près de un million cette année, avec seulement une quinzaine de viticulteurs apporteurs (chiffre d'affaires de 3,5 millions d'euros). Les 2 AOC profitent pleinement de l'essor du Champagne et surfent depuis sur cette vague. Autre grosse coopérative, dans le Chinonais : les vins de Rabelais, 56 vignerons et un chiffre d'affaires de 2,8 millions d'euros, pour 1,2 million de bouteilles produites. C'est la dernière née des coopérative, en 1989. Les 2 dernières coopératives d'Indre-et-Loire se trouvent à Bléré et à Limeray.